Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Grèce s'est dotée jeudi d'un gouvernement technique provisoire chargé d'expédier les affaires courantes jusqu'aux législatives du 17 juin, second scrutin crucial en moins de deux mois. Ces élections inquiètent la zone euro et les marchés financiers.

Constitué de 16 ministres, en majorité universitaires ou hauts fonctionnaires, le gouvernement d'affaires courantes grec dirigé par le président du Conseil d'Etat, Panayiotis Pikramenos, 67 ans, nommé premier ministre, a comme objectif de préparer les élections, placées sous la menace d'une sortie de l'euro.

Ce gouvernement ne pourra légiférer sur rien. Le parlement sans majorité sorti des urnes le 6 mai, qui se réunit pour la première fois jeudi, doit être dissous vendredi, pour permettre le délai de vacance d'un mois prévu par la constitution avant chaque élection législative.

Zanias aux Finances

Le poste clé du ministère des Finances a été attribué à Georges Zanias qui a dirigé depuis le début de la crise grecque en 2010 le conseil économique du pays.

Ce professeur d'économie à l'université d'Athènes est aussi l'un des principaux négociateurs de la restructuration de la dette souveraine du pays, ayant permis l'effacement d'un tiers de la dette, et de la signature du deuxième prêt de 130 milliards d'euros sur trois ans accordé par la zone euro et le FMI en échange de la poursuite des réformes contenues dans un "memorandum" d'accord.

Le nouvel exécutif dit "de service" a prêté serment à la résidence présidentielle à 09h00 (heure en Suisse).

ATS