Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les deux projets de loi sur la réforme des retraites et de l'impôt sur le revenu doivent être soumis au vote des députés dimanche soir.

KEYSTONE/EPA ANA-MPA/ALEXANDROS VLACHOS

(sda-ats)

Les transports en commun, métro, bus, trains et bateaux, étaient paralysés vendredi en Grèce en raison d'une grève de 48 heures entamée par les syndicats. Ceux-ci protestent contre deux projets de loi, sur la réforme des retraites et l'impôt sur le revenu.

Ces réformes sont une condition préalable, selon les créanciers, UE et FMI, pour la poursuite des versements des prêts internationaux dans le cadre du troisième prêt octroyé au pays en juillet 2015.

A Athènes, aucun transport en commun ne fonctionnait, le personnel du métro, du tramway, des bus et des trains interurbains étant en grève jusqu'à dimanche matin, selon leurs syndicats. Les taxis, dont le syndicat ne suit pas le mot d'ordre de grève, restaient le seul moyen de transport dans la capitale.

Aucun train ne circulait dans le pays et les bateaux reliant la Grèce continentale aux îles sont également restés à l'ancre. Le puissant syndicat des marins Pno a pour sa part annoncé une grève de quatre jours, de vendredi 05H00 à mardi 06H00.

Toutefois, les bus interurbains, appartenant à la société privée Ktel, desservaient les liaisons entre la capitale et les villes du pays.

Avions pas affectés

Le trafic aéroportuaire n'a pas été affecté, le syndicat des aiguilleurs du ciel ne participant pas pour le moment à ce mouvement.

Le secteur public fonctionnait lui au ralenti et la majorité des radios et des chaînes publiques ou privées ne diffusaient pas de bulletin d'informations, le syndicat des journalistes ayant appelé à la grève.

"Dernier clou dans le cercueil"

Les syndicats du privé (GSEE) et du public (Adedy) ont appelé à cette grève jeudi après que le Parlement eut décidé que les deux projets de loi sur la réforme des retraites et de l'impôt sur le revenu seraient débattus à l'Assemblée à partir de samedi matin. Ils doivent être soumis au vote des députés dimanche soir.

Ces projets de loi prévoient la réduction des pensions les plus élevées, la fusion des multiples caisses d'assurance, l'augmentation des cotisations, des taxes et de l'imposition pour les moyens et hauts revenus.

Le GSEE a qualifié les réformes examinées au Parlement de "dernier clou dans le cercueil" des travailleurs et des retraités, qui ont déjà payé le tribut le plus lourd à six années d'austérité.

Des manifestations sont prévues à Athènes et dans d'autres villes pendant le week-end. Dimanche, les syndicats avaient déjà prévu des rassemblements pour commémorer le 1er mai, qui n'a pas été célébré en Grèce dimanche dernier en raison des fêtes de Pâques orthodoxes.

ATS