Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Des incidents violents ont éclaté mercredi en marge des manifestations massives contre l'austérité en Grèce. Ils sont intervenus à quatre jours d'un sommet européen qui pourrait décider d'augmenter la puissance de feu financière face à l'aggravation de la crise de la dette en zone euro.

Le président français Nicolas Sarkozy et la chancelière allemande Angela Merkel se sont eux entretenus dans la soirée pendant près de deux heures à Francfort, où était réuni le gratin de la finance européenne. Rien n'a filtré sur la teneur des discussions.

Plus de 5000 policiers

En Grèce, plus de 125'000 personnes, selon la police, ont elles défilé dans les rues des grandes villes grecques pour protester contre un nouveau train d'austérité imposé par le gouvernement.

Quelque 400 dockers se sont rassemblés à l'entrée du port du Pirée tandis qu'un millier de gardiens de prison se sont réunis devant le ministère de la Justice. Plus de 5000 policiers au total ont été déployés dans les rues de la capitale.

Plusieurs tirs évoqués

La Grèce livre là "la bataille des batailles", a lancé le ministre des Finances Evangélos Vénizélos dans un parlement encerclé par une marée de protestataires.

Le projet de loi sur les nouvelles mesures d'austérité a été adopté dans la soirée par le Parlement grec lors d'un premier vote "sur le principe". Un second vote définitif est prévu jeudi soir.

Affrontements

Des affrontements entre groupes de jeunes et policiers ont transformé en champ de bataille le centre d'Athènes, qui suffoquait entre gaz lacrymogènes et incendies de poubelles, en marge d'une manifestation géante. Ces incidents, émaillés d'actes de vandalisme contre des magasins et des bâtiments publics, ont fait 45 blessés, dont 25 parmi les policiers, a dit la police.

La mobilisation a enregistré un record depuis le début de la crise de la dette qui englue désormais le reste de l'Europe. Transports, écoles, musées et secteur public étaient paralysés, mais aussi commerces, taxis et entreprises privées dans le cadre de la cinquième grève générale en Grèce depuis le début de l'année.

ATS