Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le parlement grec a adopté dans la nuit de dimanche à lundi un nouveau budget de rigueur portant sur 2013 dans l'espoir que le pays échappe à la faillite et s'assure la poursuite du soutien de ses bailleurs de fonds. Ces derniers ont remis leur rapport aux dirigeants européens.

Après une manifestation anti-austérité peu suivie dimanche soir devant le Parlement, 167 députés grecs sur les 300 ont voté en faveur du budget. Le projet prévoit 9,4 milliards d'euros d'économies (11,3 milliards de francs). Celles-ci seront financées pour moitié par la réduction de 15% des pensions de retraite, tandis que les salaires du public subiront des coupes d'un montant de 1,2 milliard d'euros.

Le budget a obtenu 167 voix sur les 168 sur lesquelles il pouvait compter, issues des trois partis qui soutiennent la coalition au pouvoir, la droite Nouvelle-Démocratie, les socialistes Pasok et la Gauche démocratique Dimar.

Nouvelles économies pour 2016

"Le deuxième pas décisif a été fait, maintenant c'est l'heure de la croissance et de la reprise", a dit le premier ministre Antonis Samaras en sortant du Parlement. Il faisait allusion à un premier vote de mercredi sur des économies de 18 milliards d'ici 2016.

Le ministre des Finances Yannis Stournaras avait assuré que l'adoption de cette nouvelle purge allait garantir un déblocage "à temps" des prêts de l'UE et du FMI.

Retenue par les bailleurs de fonds internationaux de la Grèce depuis juin afin de contraindre le pays à adopter un programme d'ajustement budgétaire musclé, le versement d'une tranche d'environ 31,2 milliards d'euros de prêt est attendue impatiemment par la Grèce, dont les caisses sont vides.

Promesses "tenues"

Le rapport de la Troïka (UE, BCE, FMI) sur la Grèce a été remis dans la nuit de dimanche à lundi aux dirigeants européens. Il est "fondamentalement positif", Athènes ayant "tenu ses promesses", selon le chef de file de l'Eurogroupe, Jean-Claude Juncker.

Les ministres des Finances de la zone euro devaient se réunir lundi à Bruxelles pour examiner la situation de la Grèce, son assainissement budgétaire et l'évolution de sa dette.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS