Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Des inconnus sont entrés mercredi à l'aube dans les locaux de Microsoft à Athènes et ont fait exploser une camionnette avec des cartouches de gaz provoquant d'importants dégâts, a indiqué la police grecque. Il n'y a pas eu de victime.

La police antiterroriste s'est chargée de l'enquête car selon les premières estimations, les autorités n'excluent pas un attentat extrémiste, selon la même source.

Deux ou trois inconnus cagoulés à bord d'une camionnette volée ont forcé dans la nuit l'entrée des locaux de Microsoft avant de sortir du véhicule, immobiliser les deux agents de sécurité du bâtiment et mettre le feu à la camionnette, remplie des bonbonnes de gaz, selon la police.

L'incendie provoqué a endommagé l'entrée et le rez-de-chaussée du bâtiment de Microsoft, situé à Maroussi, banlieue nord d'Athènes. Les inconnus ont ensuite pris la fuite. La police les recherchait.

Attaques fréquentes

La camionnette a été entièrement détruite par les flammes tandis que le rez-de-chaussée a subi d'importants dégâts estimés à 60'000 euros par les pompiers.

"Il a été demandé au personnel de ne pas venir travailler aujourd'hui et sans doute pas demain non plus", a dit un porte-parole de la compagnie sur la chaîne Skai TV.

Des mini-attentats, sans victimes la plupart de fois, contre des cibles diplomatiques, services publics, succursales et agences des banques sont fréquents en Grèce, la police les impute souvent à la mouvance extrémiste ou anarchiste locale.

Le dernier attentat de ce genre a eu lieu en avril, quand un groupe inconnu jusque là baptisé "Action révolutionnaire" avait revendiqué l'explosion d'un engin incendiaire devant une annexe du ministère grec de l'Administration à Athènes provoquant d'importants dégâts matériels.

ATS