Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Luxembourg - Les dirigeants européens, Nicolas Sarkozy et Angela Merkel en tête, tentent de mettre un terme à la zizanie qui a éclaté dans la famille européenne sur l'opportunité d'aider la Grèce. L'Allemagne se montre ferme et pose des conditions.
"J'ai confiance" dans l'issue des négociations en cours entre le Fonds monétaires international (FMI), la Commission européenne et le gouvernement grec, a affirmé à Berlin la chancelière allemande Angela Merkel, tentant ainsi de corriger l'impression selon laquelle Berlin refuserait de délier sa bourse pour Athènes.
Mme Merkel s'est aussi voulue rassurante en affirmant qu'une sortie de la Grèce de la zone euro n'était "pas une option". Dans la matinée pourtant, en marge d'une réunion des ministres européens des Affaires étrangères à Luxembourg, son chef de la diplomatie, Guido Westerwelle avait encore réitéré l'intransigeance allemande.
"Faire trop tôt des promesses d'aide concrète ne va que conduire à retirer la pression sur la Grèce", avait-t-il notamment déclaré. "Il faut avant tout que la consolidation du budget ait lieu en Grèce", avait-il ajouté.
De son coté, le président de la Banque centrale européenne, Jean-Claude Trichet, a indiqué lundi à New York être "confiant" que les négociations conduites à Athènes "se concluront bientôt et bien".
Cette cacophonie européenne a accru l'instabilité des marchés. Les taux grecs à 10 ans ont atteint un nouveau record lundi dans la matinée en dépassant le seuil de 9%, entraînant dans leur sillage les rendements des autres pays fragiles de la zone euro comme le Portugal, l'Espagne et l'Irlande.
Accablé par une dette record, Athènes a demandé vendredi l'activation d'un programme de prêts évalué à 45 milliards d'euros, dont 30 milliards apportés par ses partenaires de la zone euro et le reste par le FMI.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS