Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Des vestiges d'un palais de l'époque mycénienne (17-16e siècle av. JC) ont été découvert près de Sparte dans le Péloponnèse, dans le sud de la Grèce, a indiqué mardi ministère grec de la Culture. Ils comportent d'importantes inscriptions en grec archaïque.

Cette nouvelle découverte va permettre d'obtenir des informations sur "l'organisation politique, administrative, économique et sociétale de la région", et surtout apporter des "éléments nouveaux sur les croyances mycéniennes et en terme de linguistique", a indiqué le communiqué ministériel.

Les fouilles archéologiques menées depuis 2009 à Agios Vassilios, un village près de Sparte, à 300 km dans le sud d'Athènes, ont en effet permis de dévoiler des inscriptions anciennes rares en linéaire B. C'est une forme archaïque du grec ancien.

Sur ces tablettes d'argile sont inscrites notamment des références à des cérémonies religieuses et des noms de lieux. Plus ancienne trace d'écriture en Europe, le linéaire B apparaît en Crète aux environs de 1375 av. J-C et n'a été déchiffré qu'à partir de 1952.

Objets, figurines, coupe et épées

Dans le palais, composé d'une dizaine de pièces, ont été retrouvés également des objets de culte, des figurines en argile, une coupe avec une tête de taureau, des scarabées, des épées et des fragments de peintures murales.

Dans le nord du Peloponnèse, se trouve également le site principal de la civilisation mycénienne, la citadelle de Mycènes, mis à jour depuis le 19e siècle. Il comprend surtout des vestiges du palais royal et des tombes monumentales attribuées à des héros de la mythologie grecque.

D'après le ministère de la Culture, plus de 150 fouilles archéologiques au total ont été menées en 2015 à travers la Grèce, "prouvant l'importance de la richesse archéologique et de l'héritage culturel du pays".

ATS