Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La zone euro a décidé mardi au terme de plus de 13 heures de tractations entre les ministres des Finances d'un nouveau plan de sauvetage record pour la Grèce, atteignant 237 milliards d'euros. Les inquiétudes sur l'avenir du pays ne sont pas apaisées pour autant.

Le plan d'aide comprend d'une part un volet d'aide publique à hauteur de 130 milliards d'euros jusque fin 2014, après un premier programme de soutien de 110 milliards décidé en 2010, qui s'est révélé insuffisant. L'autre volet porte sur un effacement de la dette de la Grèce détenue par ses créanciers privés, banques et fonds d'investissement.

107 milliards de dette effacés

Ceux-ci doivent accepter une perte de 53,5% au final sur la valeur faciale de leurs créances grecques, soit un effort accru par rapport à l'objectif initial de 50%. La dette du pays devrait ainsi être réduite d'un montant de 107 milliards d'euros, un record dans l'histoire économique mondiale.

Grâce à ce plan de soutien, la Grèce devrait être en mesure de faire face à une échéance de remboursement de 14,5 milliards d'euros, qui tombe le 20 mars, et d'éviter ainsi le défaut de paiement. A condition toutefois que les banques répondent en nombre suffisant à l'appel.

Satisfaction à Athènes

Le gouvernement grec s'est dit "très satisfait" du résultat. Un plan d'économies douloureux de 3,3 milliards d'euros pour cette année vient d'être voté, prévoyant une réduction du salaire minimum et une limitation des retraites notamment.

Au final, le plan de sauvetage permettra de réduire l'endettement grec à hauteur de 120,5% d'ici à 2020. Pour y parvenir, les banques ne seront pas les seules à fournir un effort accru. Les pouvoirs publics aussi vont devoir mettre un peu plus la main à la poche, en réduisant les taux d'intérêt de prêts déjà contractés à la Grèce et, pour les banques centrales de la zone euro, en participant à l'effort.

La Grèce fera en contrepartie l'objet d'une surveillance encore renforcée de la part de ses créanciers, de la Commission européenne en particulier, pour s'assurer qu'elle ne dévie pas des objectifs fixés.

ATS