Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Athènes - Six activistes grecs, dont une femme, ont été inculpés d'attentats à la bombe, tentatives de meurtre, possession d'explosifs et appartenance à un groupe terroriste. Les militants appartiennent au mouvement d'extrême gauche Lutte révolutionnaire.
Âgés de 30 à 40 ans, ils avaient été arrêtés dimanche lors de ce qui semble être un coup de filet majeur contre leur mouvance. Cette dernière est soupçonnée de nombreux attentats contre la police, le gouvernement et des entreprises.
"Il est important pour nous en tant que gouvernement et en tant que société de combattre le terrorisme et le crime, de renforcer le sentiment de sécurité parmi les citoyens, notamment par ces temps de crises économique et sociale", s'est félicité le vice-ministre de la Défense Panos Beglitis.
Apparu en 2003, le mouvement Lutte révolutionnaire est responsable notamment de la tentative d'assassinat d'un ministre en 2006 et du tir d'une roquette contre l'ambassade américaine à Athènes en 2007.
Son émergence avait suivi d'un an le démantèlement du groupe du 17 novembre, tenu pour responsable de la mort de plus de 20 personnes.
Après l'arrestation des six activistes de Lutte révolutionnaire, des dizaines de jeunes militants d'extrême gauche cagoulés ont mis le feu à des poubelles et jeté des pierres sur la police dans le centre d'Athènes.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS