Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les vestiges d'un sanctuaire grec inconnu d'Asclépios (Esculape), le dieu-médecin antique, ont été mis au jour sur le site de l'ancienne Dafnounta, au nord d'Athènes. Déplacés, ils pu être sauvés des bulldozers d'un chantier d'autoroute, a annoncé lundi l'équipe de fouilles.

De taille modeste, 30 mètres de long sur 15 de large, le temple est celui "d'une petite ville provinciale. Mais "son intérêt est qu'il est l'un des plus anciens de ce culte retrouvés en Grèce, datant du Ve siècle avant notre ère, et que la structure des diverses installations est parfaitement conservée", a expliqué une archéologue.

Les sanctuaires dédiés à Asclépios, le dieu guérisseur aux serpents sacrés, dont l'un des plus fameux se trouve sur le site d'Epidaure, associaient culte et pratiques thérapeutiques. Ils offraient aux pèlerins hôtellerie, réfectoire, bains et salles d'incubation.

Aucune fouille à Dafnounta

Décrite au premier siècle par l'historien Strabon, et localisée au XIXe au-dessus du petit port d'Aghios Konstantinos (à environ 200 km au nord d'Athènes), la cité antique de Dafnounta n'avait jamais été fouillée jusqu'au creusement de l'autoroute, de 2005 à 2007.

Seuls quelques restes de fortifications émergent pour attester de son existence. "L'enjeu maintenant est d'assurer que les restes du temple pourront être protégés et mis en valeur", a conclu l'archéologue.

ATS