Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les syndicats des salariés de la centrale nucléaire EDF de Fessenheim, près de Bâle, ont déposé un préavis de grève de lundi à mercredi (archives).

KEYSTONE/AP/WINFRIED ROTHERMEL

(sda-ats)

Les syndicats des salariés de la centrale nucléaire EDF de Fessenheim, près de Bâle, annoncent avoir déposé un préavis de grève de lundi à mercredi. L'objectif est de peser sur les négociations relatives à la reconversion du site.

Le groupe énergétique précise, dans un avis publié sur le site du Réseau de transport d'électricité, que cette grève pourrait entraîner une baisse de la production de la centrale. Celle-ci doit être mise à l’arrêt fin 2018 ou début 2019.

Les syndicats veulent peser sur les négociations relatives à la reconversion du personnel. Une cinquième réunion sur le sujet avec la direction est prévue mardi à Paris.

"L’accompagnement social qui nous est actuellement proposé par EDF n’est pas à la hauteur de ce qui est attendu par les personnels", a expliqué à Reuters Jean-Luc Cardoso, responsable de la CGT sur le site.

Les négociations sur le sort des 750 salariés d’EDF, qui ont débuté en décembre, portent sur les primes à la reconversion, les aides au déménagement et les indemnisations pour la perte de valeur des biens qu’ils devront vendre en partant, a-t-il précisé.

Les deux réacteurs de 900 MW, en service depuis 1977 au bord du Rhin, doivent être mis à l'arrêt au moment de l'entrée en service de l'EPR de Flamanville dans la Manche, conformément à la loi de transition énergétique de 2015.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS