Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le conflit de Merck Serono a connu un tournant mardi à Genève, avec le soutien clairement exprimé par les autorités politiques fédérales et cantonales. La grève d'un jour décidée la veille par le personnel a été largement suivie et les bâtiments sont restés pratiquement vides.

La "task force" constituée avec les autorités à la suite de la fermeture du site genevois du groupe pharmaceutique allemand a tenu sa première séance. "La réunion de travail s'est tenue dans une atmosphère extrêmement constructive et unanimement soucieuse de la réussite de ces travaux", a affirmé le Conseil d'Etat genevois.

Parmi les scénarios évoqués figure la création d'un centre de compétences dans les biotechnologies susceptible de conserver le plus grand nombre d'emplois à Genève et d'y fonder un pôle d'expertise.

Nouvelles réunions

Deux sous-groupes de travail ont été constitués et se réuniront dès cette semaine. Le premier est chargé d'étudier la viabilité des trois scénarios formulés la semaine dernière par les représentants du personnel. Le deuxième groupe se penchera sur les possibilités d'emploi des différentes catégories de personnel de Merck Serono et des sous-traitants.

La direction de Merck Serono n'a pas pris part à la première réunion, mais a été invitée à assister à la prochaine séance.

Schneider-Ammann à Genève

À l'occasion de sa venue à Genève pour la conférence internationale du travail, Johann Schneider-Ammann s'est adressé à 200 employés de Merck Serono réunis sur la place des Nations.

"Tout comme vous, je me bats pour le maintien des places de travail en Suisse", a déclaré le ministre de l'économie, après avoir confié avoir été "très déçu d'apprendre le 24 avril la décision de Merck Serono de fermer son site de Genève".

"Même si les derniers chiffres montrent que la situation économique de la Suisse est toujours bonne, de telles décisions, comme nous le vivons ici, m'inquiètent", a-t-il affirmé. Le conseiller fédéral qui s'est entretenu en privé avec des conseillers d'Etat genevois, s'est déclaré "impressionné de la qualité des propositions faites par les partenaires sociaux".

ATS