Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

En raison d'une grève des gardiens du centre pénitentiaire de Bjoergvin, situé dans la banlieue de Bergen en Norvège, les autorités du pays ont été obligées de remettre en liberté 52 détenus. Certains sont des criminels sexuels.

"Bjoergvin est une prison ouverte, mais nombre d'entre eux purgeaient de longues peines. Je ne pense pas que cela se soit déjà produit par le passé", a déclaré vendredi Harald Aasaune, directeur de la prison. Quatre prisonniers ont été libérés sous condition, tandis que les 48 autres se sont vu accorder une permission de cinq jours.

Les fonctionnaires norvégiens se sont mis en grève jeudi pour la première fois depuis 28 ans après l'échec de négociations sur les salaires.

Une prison ouverte est un établissement à l'intérieur duquel les détenus peuvent circuler librement. L'institution pénitentiaire mise en Norvège sur la réhabilitation plutôt que sur l'incarcération.

ATS