Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La grève devrait entraîner des baisses de charge, mais non l'arrêt des centrales (ici celle de Golfech, dans le sud de la France).

KEYSTONE/AP/BOB EDME

(sda-ats)

Les personnels des 19 centrales nucléaires françaises ont voté la grève pour jeudi, journée nationale d'action contre la loi Travail, a déclaré Marie-Claire Cailletaud, porte-parole de la fédération de l'énergie et des mines de la CGT.

Le mouvement, qui devait débuter mercredi à partir de 20h00, devrait entraîner des baisses de charge, mais non l'arrêt des centrales, a-t-elle précisé à Reuters. "On n'arrête pas une centrale nucléaire comme ça, ce n'est pas comme une centrale thermique ou un barrage hydraulique".

Outre le mouvement dans les centrales nucléaires, les personnels d'au moins quatre centrales thermiques classiques ont également décidé de cesser le travail et il y aura le blocage d'une unité de stockage de gaz dans le sud de la France.

ATS