Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le prince Philip, époux de la reine Elizabeth II, fêtait dimanche en privé ses 91 ans, au lendemain de sa sortie de l'hôpital londonien où il a été soigné pour une infection urinaire. Il s'agit de la deuxième alerte de santé en six mois pour le prince consort.

Le duc d'Edimbourg, tel qu'il est appelé de manière officielle, passe la journée "chez lui, en privé", selon le palais de Buckingham. Deux salves d'honneur seront tirées à Londres lundi pour marquer l'anniversaire du prince, dont la participation à un certain nombre d'engagements prévus cette semaine était incertaine.

Samedi, il était sorti souriant de l'hôpital King Edward VII à Londres, après cinq jours de traitement à base d'antibiotiques pour soigner une infection urinaire. Son hospitalisation l'avait empêché d'assister à une partie des célébrations publiques du jubilé de diamant de la reine et avait jeté une ombre sur ce week-end prolongé de festivités, du 2 au 5 juin.

Popularité en hausse

En décembre dernier déjà, celui qui détient le record de longévité des princes consorts britanniques, avait causé des frayeurs à la famille royale, quand il avait dû être opéré d'urgence pour une artère coronaire bouchée.

Selon un sondage paru dimanche dans le "Sunday Times", le prince jouit depuis sa dernière hospitalisation d'une popularité en hausse: 58% des Britanniques le décrivent comme un atout pour la royauté, alors qu'ils n'étaient que 47% à le penser avant les festivités du jubilé.

Selon cette même enquête de YouGov, son fils Charles est désormais le préféré des Britanniques pour succéder à Elizabeth II: 44% souhaitent le voir accéder au trône, tandis que 38% lui préfèrent William, deuxième dans l'ordre de succession. Il y a un an, ces chiffres étaient inversés.

ATS