Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les renseignements britanniques (MI5), enquêtant dans les années 50 sur les sympathies communistes prêtées à Chaplin, ont découvert qu'il n'y avait aucune trace de la naissance à Londres du cinéaste. Ils ont mis en question sa prétendue "dangerosité" politique, selon des archives publiées vendredi.

Le MI5 avait été chargé en 1952 par l'ambassade américaine d'enquêter sur le cinéaste, accusé d'avoir fait un don caché au parti communiste américain en 1923 et de continuer à entretenir des liens avec le PC. Mais ils ont fait chou blanc, comme l'attestent les dossiers du MI5 rendus publics par les Archives nationales britanniques.

Aucun certificat de naissance

Ils n'ont trouvé aucun certificat de naissance attestant que la star du muet était née à Londres en 1889, comme on le croyait, dans un quartier pauvre de la capitale, avant d'émigrer vers les Etats-Unis en 1910.

Il "n'y a pas de trace dans nos archives de Charlie Chaplin" et "pas de preuve non plus que le vrai nom de Chaplin soit Israel Thornstein", patronyme d'un juif russe suggéré par les Etats-Unis, écrivent les services secrets de l'époque. Ils ont également écarté l'idée que Charles Spencer, de son nom de scène Charlie Chaplin, ait pu naître en France, comme cela avait été aussi avancé.

Maccarthysme

Mais l'absence de certificat de naissance de la star n'a pas troublé outre mesure le patron de la branche anti-subversion du MI5, John Marriott.

En 1953, Chaplin, venu faire la promotion d'un de ses films à Londres, se voit interdire tout retour en Amérique, en proie à la fièvre anti-soviétique du maccarthysme, malgré ses dénégations sur ses sympathies communistes.

ATS