Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

D'ici cinq semaines, des témoins, jugés importants pour la lutte contre la grande criminalité, pourront changer d'identité et se réinstaller dans une nouvelle région sous couvert d'anonymat. Le nouveau service central de protection des témoins, géré par l'Office fédéral de la police, est dans les starting blocks.

Des témoins impliqués dans des procédures pénales touchant la grande criminalité seront protégés en Suisse dès 2013 au niveau national. En ligne de mire: le crime, le terrorisme et la traite des humains, a expliqué mercredi devant la presse à Berne Jean-Luc Vez, le directeur de l'Office fédéral de la police (fedpol).

Ces mesures sont particulièrement importantes dans le cas où les autorités de poursuite pénale n'ont pas d'autres moyens de preuve que les déclarations des témoins, a poursuivi Jean-Luc Vez. "Cela sera le seul moyen de briser l'omerta, la loi du silence dans les milieux mafieux", a-t-il poursuivi.

Comme dans les films d'action hollywoodien, le nouveau service pourra utiliser tous les moyens jugés nécessaires pour faire disparaître des témoins grâce à l'anonymat, la modification de la voix et de l'apparence. Même le 'morphing', technique qui permet de transformer un visage en un autre, pourra être utilisé pour modifier les papiers d'identité.

Incontournables données biométriques

"Reste que les données biométriques d'une personne peuvent difficilement disparaître", a admis Andreas Leuzinger, de fedpol. Autres difficultés: l'utilisation des réseaux sociaux, des téléphone portables et des ordinateurs qui permettent de tracer les témoins.

Les liens familiaux ne seront pas non plus une mince affaire, en particulier si un témoin divorce et que son ex-partenaire veut sortir du programme, a encore mentionné M. Leuzinger. Entre dix et quinze témoins et leurs proches devraient bénéficier de ce programme chaque année.

Le coût de la protection d'un témoin dépendra de la durée du programme et des besoins propres de la personne pour se réintégrer et retrouver son autonomie, a précisé René Wohlhauser de fedpol.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS