Navigation

Grande opération pour arrêter un trafic de bois de rose

Ce contenu a été publié le 26 décembre 2012 - 20:13
(Keystone-ATS)

La gendarmerie malgache a mené mercredi une opération de grande envergure pour arrêter une tentative d'exportation illicite de bois de rose, dans la région de Sava, dans le nord de Madagascar, a indiqué la gendarmerie. L'exportation de ce bois précieux a pris une grande ampleur, malgré les cris d'alarme de nombreuses ONG.

"Une opération de grande envergure est encore en cours actuellement pour arrêter cette tentative d'exportation illicite de bois de rose", a indiqué le responsable de la communication de la gendarmerie, le lieutenant colonel Lala Rakotonirina.

Le syndicat des agents forestiers malgaches parle d'un trafic avorté, arrêté grâce à une mobilisation générale de toutes les différentes entités et des habitants de la région, a indiqué le président du syndicat des agents forestiers, Aimé Joseph Rakotonirina.

Le ministère malgache de l'Environnement a affirmé ne pas être au courant de ce trafic. "Si ce trafic existe vraiment, la direction régionale de l'environnement m'aurait déjà averti", a affirmé le représentant du Premier ministre malgache au niveau du ministère de l'Environnement, Emmanuel Rakotovahiny.

Phénomène de grande ampleur

Mercredi matin, un quotidien malgache révélait que depuis lundi, des pirogues et autres embarcations faisaient la navette entre la terre ferme et la haute mer pour remplir de plusieurs tonnes de bois de rose un navire situé au large des côtes de la région Sava.

Depuis le renversement de Marc Ravalomanana, en 2009, par le maire de l'époque, Andry Rajoelina, devenu aujourd'hui président non élu d'une transition à Madagascar, l'exportation de bois de rose a pris une grande ampleur.

Des organismes tels que Global Witness, EIA (Environmental Investigation Agency) et le gouvernement américain ont déjà tiré la sonnette d'alarme. Le décret adopté par la transition en 2010, interdisant l'exportation des bois de rose dans la grande Île, n'a pas résolu le problème.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.