Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le chihuahua a remplacé le labrador comme chien de race le plus populaire en Suisse en 2017 (archives).

KEYSTONE/AP/ERIC RISBERG

(sda-ats)

Girafes, coatis, chameaux - l'amour des Suisses pour les animaux ne connaît pas de limites. Au total, plus d'un million d'animaux étaient enregistrés en 2017, notamment des chiens et des chats.

La banque de données nationale pour l'identification des chiens et de leur détenteur (AMICUS) comptait plus de 551'000 inscriptions fin 2017, soit 18'800 de plus qu'une année auparavant. Comme chaque chien vivant doit y être enregistré, le chiffre est sans doute proche de la réalité.

La situation est différente pour les chats, dont l'inscription n'est pas obligatoire. Sur un total estimé de 1,6 million de chats en Suisse, moins de 495'000 figuraient dans la banque de données pour animaux de compagnie Anis en 2017. Amicus et Anis sont gérés par Identitas AG, une entreprise proche de la Confédération qui contrôle également le bétail.

Reto Hügli, porte-parole d'Identitas, précise que, de tous les animaux enregistrés dans leur banque de données, seuls les chiens doivent obligatoirement l'être.

Une puce pour les retrouver

Selon M. Hügli, le principal avantage de l'enregistrement chez Identitas est sécuritaire: "Les animaux inscrits par leurs propriétaires reçoivent une puce avec leurs données, ce qui permet de les retrouver plus facilement en cas de disparition".

Les informations relatives à la santé de ces bêtes ne sont pour l'heure pas enregistrées ailleurs que chez le vétérinaire. Mais, explique M. Hügli, un projet de les intégrer dans la banque de données d'Identitas est en cours.

Furets et coatis

En Suisse, un quart des chiens sont des bâtards. Le chihuahua, qui a remplacé le labrador comme chien de race le plus populaire en 2017, a accru son avance. On compte 26'400 petits chiens de poche, soit 1200 de plus que le deuxième de la liste, le fameux retriever sable, chocolat ou noir. Yorkshire et Jack Russel Terrier suivent, avec respectivement 19'400 et 17'700 individus.

Côté chats, les minous domestiques européens ont la préférence. Plus de la moitié des jeunes enregistrés sont de cette espèce. Le chat européen à poil court est également très commun avec 121'000 animaux. Les races les plus prisées sont le Main Coon (16'700) et le British Shorthair (13'100).

Outre les chiens et les chats, 8400 autres animaux domestiques ou sauvages ont été répertoriés chez Identitas en 2017. Parmi eux, 3000 chevaux, poneys et ânes, 1100 furets, et de 500 à 600 tortues, perroquets et camélidés. Au rang des animaux les plus exotiques figurent sept chameaux, six iguanes, trois coatis, deux lions et des girafes, ainsi qu'un alligator.

Une girafe à certaines conditions

Seuls les offices cantonaux, qui délivrent les autorisations, connaissent le nombre exact d'animaux sauvages hébergés en Suisse et soumis à autorisation (comme certaines tortues ou certains perroquets).

Cela dit, tous les animaux sauvages peuvent-ils trouver un toit privé? "Théoriquement oui", répond Nathalie Rochat, porte-parole de l'Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV). "Mais le propriétaire devra respecter les conditions relatives à l'espèce qu'il possède, ce qui peut impliquer dans certains cas de suivre une formation idoine".

A cela s'ajoutent quelques exceptions, les dauphins ne pouvant par exemple plus être détenus en captivité en Suisse.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS