Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Du colza génétiquement modifié (GM) pousse de façon sauvage dans la région bâloise, dénonce Greenpeace. La dissémination de colza GM dans l'environnement est pourtant interdite en Suisse, de même que son importation pour l'alimentation humaine ou animale.

Il s'agit de colza GT73, développé pour sa tolérance à un herbicide par la firme américaine Monsanto, écrit Greenpeace mercredi. Les plantes ont été découvertes sur trois sites abritant des infrastructures ferroviaires et portuaires. L'organisation écologiste suppose que le colza modifié a été disséminé lors du déchargement de bateaux ou de trains de marchandises.

Le bureau d'expertises environnementales Biome a testé 136 plantes, dont 29 se sont révélées génétiquement modifiées. Des activistes de Greenpeace ont été envoyés sur les lieux pour récolter des plantes GM et les remettre aux autorités de Bâle-Ville et de Bâle-Campagne.

Difficile à éliminer

La dissémination de colza GM n'est autorisée ni en Suisse ni dans l'Union européenne, rappelle Greenpeace. Une fois introduit dans l'environnement, cet oléagineux est très difficile, voire impossible à éliminer. Se propageant facilement, ses graines peuvent germer même après plusieurs années.

Un croisement de la variété GT73 avec des espèces sauvages peut former des "super mauvaises herbes", elles sont aussi résistantes aux herbicides. Des produits encore plus puissants doivent alors être utilisés pour les combattre.

Le moratoire sur la culture de plantes génétiquement modifiées arrive à échéance à la fin 2013. Sa prolongation est en discussion aux Chambres fédérales.

ATS