Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un chauffeur d'autobus de Shenzen, la grande ville du sud de la Chine proche de Hong Kong, est décédé samedi du virus mortel de la grippe aviaire. Il s'agit du premier décès en raison de la maladie en Chine depuis 18 mois.

Cet homme de 39 ans, qui n'avait apparemment pas eu de contact avec des volatiles et n'était pas sorti de la ville avant de tomber malade, a été pris de fièvre le 21 décembre.

L'homme a été transporté le 25 à l'hôpital où une pneumonie grave a été diagnostiquée. Il a ensuite été testé positif au virus H5N1 de la grippe aviaire, a indiqué le département de la Santé de Shenzen. "Jusqu'à présent, les 120 personnes qui ont été en contact avec cet homme récemment ne présentent aucun signe de maladie", a-t-on indiqué de même source.

Hong Kong, voisine de Shenzen, avait relevé mardi son niveau d'alerte à la grippe aviaire et décrété un embargo provisoire sur les importations de volaille vivante après la mort mi-décembre sur le territoire de trois volatiles porteurs du virus H5N1. Le virus H5N1 est mortel dans 60% des cas et un pic d'infection en début d'année 2012 est redouté.

L'OMS inquiète

L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) s'est par ailleurs alarmée samedi des recherches menées en laboratoire sur un virus mutant de la grippe aviaire H5N1.

Le laboratoire néerlandais du centre médical universitaire Erasmus de Rotterdam avait annoncé en septembre avoir créé une mutation du virus H5N1 potentiellement capable, pour la première fois, de se transmettre facilement entre mammifères et potentiellement entre humains.

"L'OMS prend note que" ces annonces "ont suscité des inquiétudes sur les possibles risques et mauvais usages associés à ces recherches", a indiqué l'organisation dans un communiqué. L'OMS "est également profondément inquiète des conséquences potentiellement négatives" de tels travaux, a-t-elle ajouté.

ATS