Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Genève - L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré mardi la fin de la pandémie de grippe porcine, la première du 21e siècle. Le virus H1N1, qui a causé quelque 18'500 décès depuis avril 2009, s'est avéré nettement moins dévastateur que celui d'une simple grippe saisonnière.
"Le nouveau virus H1N1 est en fin de course. Nous entrons maintenant dans une période de post-pandémie", a fait savoir la directrice de l'organisation, Margaret Chan lors d'une téléconférence.
Tout en reconnaissant que le H1N1 n'était plus dominant face aux autres virus grippaux et se comportait comme une grippe saisonnière, Mme Chan a appelé les gouvernements à ne pas baisser la garde devant une maladie toujours présente qui peut encore muter en une forme plus sévère.
"Nous devons continuer à être vigilent et éviter toute complaisance", a-t-elle insisté.
Critiques rejetées
Interrogée sur les critiques qui ont afflué contre l'OMS sur sa gestion de la grippe qui n'a pratiquement épargné aucun pays sur la planète, elle a rejeté une nouvelle fois les allégations que l'OMS avait crié au loup pour une maladie finalement moins sévère qu'une grippe saisonnière (faisant entre 250'000 et 500'000 décès par an).
"Nous n'avons pas surréagi", a martelé la directrice de l'OMS, rappelant que le H1N1 avait touché gravement, de manière inhabituelle pour une grippe, des personnes jeunes, en bonne santé ainsi que des femmes enceintes.
Elle a également argué que les données collectées sur le nombre de cas étaient largement sous-estimées et qu'il faudrait des années avant d'avoir une vision claire de l'étendue de la pandémie. Le monde a eu de la "chance", a-t-elle une nouvelle fois assuré.
L'OMS a été à de nombreuses reprises accusée d'avoir été influencée par les laboratoires pour déclarer l'alerte pandémique qui a automatiquement provoqué la production massive d'antiviraux et de vaccins achetés par millions par les gouvernements. Ces derniers se sont retrouvés avec des stocks sans précédent de médicaments, les populations ayant largement boudés les campagnes de vaccinations.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS