Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

On ne rejouera pas samedi à Gstaad la revanche de la finale du Geneva Open. Malgré tout son courage, Joao Sousa (no 6) a dû rendre les armes devant David Goffin (no 1).

14e joueur mondial, le Belge défiera en demi-finale Thomaz Bellucci (no 5). Titré en mai dernier à Genève et double vainqueur à Gstaad en 2009 et 2012, le Brésilien s'est imposé 3-6 6-4 6-1 devant le champion sortant Pablo Andujar (no 4). Bellucci a démontré, avec notamment ce coup droit de gaucher qui gicle à la perfection, que son jeu se mariait toujours aussi parfaitement avec les conditions si particulières de l'altitude.

David Goffin goûte, lui aussi, à l'air de la montagne. Titré l'an dernier à Kitzbühel, le Belge est sorti victorieux d'un superbe bras de fer de 2h40' contre un Joao Sousa qui décidément ne renonce jamais. Dans les trois sets, le Belge a signé le premier break. Mais, à chaque fois, Sousa a pu revenir. S'il ne possède pas la même variété dans ses coups que le Belge, le Portugais dispose, lui aussi, avec son coup droit d'une arme souvent décisive. Il a toutefois dû s'avouer vaincu 6-7 6-4 7-6. Après avoir écarté deux balles de match à 5-4 - il en avait sauvé trois la veille devant Denis Istomin -, Sousa devait finalement céder au jeu décisif d'un troisième set de toute beauté, coupable de n'avoir pas suffisamment armé un smash à 1/1. Ce point perdu alors qu'il était mille fois gagné l'a "tué".

La demi-finale du bas du tableau opposera Feliciano Lopez (no 2) à Dominic Thiem (no 3). L'Espagnol s'est imposé 7-6 6-4 devant Santiago Giraldo (no 8), l'Autrichien 6-4 2-6 6-3 face à Pablo Carreno Busta (no 7). Finaliste malheureux en 2006 devant Richard Gasquet, Feliciano Lopez a une occasion en or de fêter dignement son récent mariage: gagner enfin à sa neuvième participation un tournoi qu'il affectionne. Un succès de Feliciano Lopez raviverait les amoureux de ce tennis d'attaque presque d'un autre temps. Il aura toutefois une tâche ardue samedi face à un homme qui a gagné deux titres cette année, à Nice et dimanche dernier à Umag.

ATS