Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Gstaad souhaite jouer davantage la carte de la mixité. Le tournoi bernois aimerait réunir dames et messieurs durant la même semaine, afin surtout de doper l'épreuve féminine.

"Le tournoi masculin se porte à merveille. Et même s'il faut se battre au niveau du sponsoring, et qu'il n'est pas évident d'attirer les meilleurs joueurs à cette période de l'année, son avenir est assuré", a expliqué dimanche Jean-François Collet, directeur du J. Safra Sarasin Swiss Open.

"Mais si le tournoi des hommes se trouve dans les chiffres noirs, ce n'est pas le cas de celui des femmes. Il n'y a rien de catastrophique, mais nous devons entreprendre quelque chose", a-t-il ajouté, sans donner de précisions sur l'ampleur de cette perte.

Du coup, entre le statu quo - le tournoi dames resterait programmé une semaine avant celui des messieurs - et la revente des droits de l'épreuve féminine, les organisateurs privilégient l'option d'une compétition commune.

"Le seul et gros problème avec le tournoi dames, c'est le manque de spectateurs sur place. Une épreuve combinée, avec des matches masculins se déroulant la même journée, serait une solution", a estimé Jean-François Collet. "Je suis toutefois convaincu que le tournoi messieurs aurait, lui aussi, beaucoup à gagner en se déroulant en parallèle à celui des femmes", a-t-il dit.

Un deuxième central

Le dirigeant vaudois a bien insisté sur le fait que les deux tournois resteraient "séparés", même s'ils devaient se disputer la même semaine. Pour y parvenir, l'idée consisterait à construire un autre court dédié spécialement aux dames. "Le central actuel est trop grand pour des matches de la WTA", a-t-il reconnu à propos de la Roy Emerson Arena et de ses 4500 places. "Nous aimerions avoir un autre central de 1000 à 1500 places pour les dames", a-t-il noté.

Outre les organisateurs, Swiss Tennis, Gstaad et la WTA sont favorables à cette idée d'une semaine mixte. Le hic, c'est qu'il faut aussi convaincre l'ATP. "Les joueurs n'aiment généralement pas ce concept d'épreuve combinée", a expliqué Jean-François Collet.

"Ils préfèrent rester entre eux et estiment qu'ils aident déjà suffisamment les filles", a-t-il ajouté, citant l'exemple des tournois du Grand Chelem où, selon de nombreux joueurs, les dames ne devraient pas gagner autant qu'eux, sachant qu'elles disputent des matches moins longs et qu'elles suscitent moins d'intérêt auprès du public.

"Je ne prends pas position, chaque camp ayant ses arguments. Mais pour ce qui est de Gstaad, je pense que les deux tournois auraient tout intérêt à partager la même semaine", a conclu Jean-François Collet, précisant que la réponse de l'ATP devrait tomber avant la fin de l'été.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS