Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

JO 2012 - L'introverti Steve Guerdat a confié tout son bonheur après avoir offert à la délégation suisse son deuxième titre dans les JO 2012. "Je suis déjà l'homme le plus heureux au monde", lâchait-il.
"Je suis fier. J'ai la chance de me retrouver sous les feux des projecteurs avec Nino, mais il y a aussi une équipe si grande qui travaille tellement dur pour moi. Je sais que je ne suis pas toujours facile à vivre. Je suis donc fier d'avoir pu leur donner quelque chose en retour. C'est une famille de 15 personnes qui a gagné aujourd'hui (réd: mercredi)", soulignait le Jurassien.
"Je suis fier pour Nino. Je dis depuis un an qu'il est un phénomène. C'est fantastique pour lui. Il va rester dans les livres d'histoire", expliquait le nouveau champion olympique, qui avait pris un pari un peu fou en décidant de monter ce hongre français reçu en décembre 2010. "Il a l'air plus dur à monter qu'il ne l'est réellement. Nous avons mis du temps à nous comprendre, à avoir confiance l'un en l'autre. C'est un cheval puissant, qui n'est pas toujours facile à gérer notamment entre les obstacles. Mais l'important, c'est que cela fonctionne sur les obstacles", souriait-il.
La quête de ce titre olympique constitue-t-elle le plus beau moment de sa vie ? "Oui ! Il y a d'autres choses tout autant importantes dans la vie. Mais j'aime le sport. Je vis pour cela, pour ma passion, pour les chevaux", glissait le médaillé de bronze de l'épreuve par équipes des JO de Pékin 2008, qui savait qu'il pouvait réussir quelque chose de grand: "Je ne peux pas dire que je savais que je serais champion olympique en me levant ce matin. Mais j'ai pensé toute la journée à la quête d'une médaille. Je n'ai pas pensé à ce qui se passerait si je ne terminais pas sur le podium."
"J'étais confiant et n'étais pas nerveux. Il n'y avait que cela dans ma tête: prendre une médaille", précisait encore Steve Guerdat qui, à 30 ans, a écrit la plus belle ligne d'un palmarès qui pourrait devenir impressionnant. "J'ai du plaisir à monter, et ne vais donc pas m'arrêter maintenant. J'adore ça. J'ai envie de dire que je veux faire cela pour le reste de ma vie. Peut-être cela va-t-il évoluer, mais pour le moment, je suis heureux comme cela", poursuivait le champion d'Europe 2009 par équipes, qui espère que cette médaille d'or ne va pas changer sa vie. "Je ne veux pas qu'elle change ma vie. Je suis déjà l'homme le plus heureux au monde. J'aime ce que je fais, et je ne le fais pas pour qu'on parle de moi. Je veux rester le même, et ne demande rien de plus."

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS