Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Guy Parmelin, désigné jeudi soir par la section vaudoise de l'UDC pour l'élection au Conseil fédéral, pense que le Fribourgeois Jean-François Rime est un meilleur candidat romand que lui. Il se retirerait aussi si un "poids lourd" alémanique décidait de revenir dans la course.

"Il ne faudra surtout pas mettre en concurrence deux Romands. Je pense d'ailleurs que le meilleur représentant des francophones est le Fribourgeois Jean-François Rime", déclare Guy Parmelin dans une interview publiée vendredi dans le quotidien "Le Temps". Les deux hommes mèneront des discussions afin de ne pas se présenter les deux, a-t-il précisé dans une interview à la Radio Suisse romande.

Le conseiller national fribourgeois "représente l'aile économique de l'UDC. Et il serait complémentaire à Ueli Maurer, issu plutôt de l'aile traditionnelle du parti", poursuit-il. Parmi les dossiers qui l'intéressent, il cite la réforme des assurances sociales ou des enjeux liés à la sortie du nucléaire, ainsi que le développement des infrastructures promis à la Suisse romande.

L'intérêt de l'UDC

Guy Parmelin estime que sa candidature n'est pas une question de vie ou de mort. "Ce qui compte, c'est que le parti retrouve son deuxième siège". "L'intérêt de l'UDC passe avant le mien".

Avant de confirmer ou non sa candidature, le Vaudois demande à son parti d'élaborer une stratégie claire et soutenue par tout le groupe aux Chambres fédérales pour regagner le second siège perdu en 2007. Personnellement, il pense que l'UDC devrait attaquer le siège d'Eveline Widmer-Schlumpf, mais refuse de combattre un conseiller fédéral PLR "en l'état actuel".

L'agriculteur précise aussi qu'il ne sera candidat qu'avec l'appui de tout le groupe parlementaire. Celui-ci prendra sa décision le 1er décembre. Les sections cantonales ont jusqu'au 29 novembre pour présenter leurs candidats.

ATS