Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'achat de nouveaux avions de combat fait désormais partie des projets importants présentés annuellement dans un rapport par le ministre de la défense Guy Parmelin (archives).

KEYSTONE/LAURENT GILLIERON

(sda-ats)

Guy Parmelin poursuit son opération de transparence. Le ministre de la défense a publié jeudi son 2e rapport sur les projets les plus importants du département. Ses services sont satisfaits: seuls 13, et non plus 20 dossiers, ne sont pas conformes à la planification.

Pas moins de 900 projets sont menés de front au Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports (DDPS). Le nouveau rapport en sélectionne 29 parmi les plus importants en termes politiques, de coûts et de complexité.

Air2030

Des 27 projets exposés l'an dernier, six ont pu être terminés à la fin de l'année dont la réforme de l'armée. Quant au projet de défense sol-air 2020, il n'existe formellement plus.

L'achat d’un système de défense sol-air fait désormais partie du programme Air2030 qui prévoit parallèlement l'acquisition de nouveaux avions de combat. Le Conseil fédéral a fixé une enveloppe globale de huit milliards de francs et décidé que le peuple devait pouvoir se prononcer sur le principe de ce programme.

Le rapport en présente les grandes lignes mais n'en détaille pas la durée, les coûts et les risques ni ne donne d'appréciation à fin 2017 comme c'est le cas pour les 21 autres projets.

Nouveaux dossiers

Outre Air2030, cinq autres dossiers font leur apparition dans le rapport. Seuls les coûts du modèle géologique national ne sont pas chiffrés.

Le renouvellement des systèmes de planification des ressources de l’entreprise de la défense et d’armasuisse est devisé à 342 millions, le réseau national de données sécurisé avec système d’accès aux données Polydata à 150 millions, le système de gestion électronique des affaires Genova à 12 millions et la banque de données nationale pour le sport à 13 millions.

Insuffisances

Comme l'année dernière, plusieurs projets souffrent d'insuffisances. C'est notamment le cas pour le système de surveillance aérienne Florako (104 millions). En raison d'impasses financières, des acquisitions planifiées n'ont pas pu être réalisées.

Pour garantir la qualité requise des capteurs, des vols d'essai supplémentaires sont nécessaires. Le projet Florako fait désormais partie intégrante du programme Air2030.

Les possibles goulets d'étranglement en matière de personnel sont aussi mis en avant pour la télécommunication de l'armée, la disponibilité 24/24 heures de la police aérienne, le système intégré d'exploration et d'émission radio, le système informatique ACHAT et le modèle topographique du paysage.

Des retards se dessinent quant à eux pour le projet de centre de calcul du DDPS, le système de saisie, d'analyse et de localisation SIGMA et le maintien de la valeur du réseau radio Polycom. Le réseau de conduite suisse et le système de communication vocale protégée pourraient cumuler les deux risques (personnel et délais).

Du côté du système d'exploration tactique TASYS, devisé à 360 millions, ce sont les finances qui pourraient poser problème. Il ne sera possible de se prononcer plus précisément qu'une fois l'évaluation du système multicapteurs effectuée, selon le rapport.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS