Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le ministère de la défense a annoncé lundi pouvoir mettre à disposition de l'Office fédéral des migrations (ODM) des locaux militaires pour loger des requérants d'asile. Plus de 5000 lits peuvent être libérés dans un bref délai, ont annoncé lundi les services d'Ueli Maurer.

Toutefois "5000 lits pour soldats ne sont pas 5000 lits pour requérants", a nuancé Sonja Margelist, porte-parole de l'Office fédéral de la Défense (DDPS), interrogée par l'ats. Les cantonnements de l'armée sont prévus pour des militaires qui y passent trois semaines, pas pour des requérants qui restent six mois, a-t-elle expliqué.

Discussions depuis avril 2011

De surcroît, les cantonnements militaires ne répondent pas forcément à la législation en vigueur pour le civil. Ainsi, le logement au col du Jaun peut accueillir plus de 150 militaires, mais les prescriptions civiles en matière d'incendie ne permettent pas d'y accueillir plus de 50 personnes.

Le DDPS et l'ODM sont en discussion depuis avril 2011 pour étudier la faisabilité du projet et dans quelle mesure il est nécessaire ou possible d'adapter certains hébergements militaires pour y accueillir des requérants, a ajouté Mme Margelist, sans préciser dans l'immédiat si les deux offices avaient déjà décidé de l'utilisation de certains locaux. "La décision finale appartient à l'ODM", a affirmé la porte-parole.

Autorisation des cantons

Une fois cette décision prise, DDPS et ODM devront encore demander l'autorisation des cantons et communes sur lesquels se trouvent les logements, a-t-elle ajouté.

Les 20 locaux proposés par l'armée sont principalement composés de cantonnements de la troupe et de cantonnements de montagne, a précisé le DDPS dans un communiqué. L'armée serait prête à reloger ailleurs les militaires qui devaient être placés dans ces hébergements.

ATS