Navigation

Hôpitaux suisses: les soins ambulatoires doivent être mieux payés

Ce contenu a été publié le 20 mai 2014 - 14:03
(Keystone-ATS)

Toujours plus de personnes se font soigner en ambulatoire. Le secteur représente actuellement 26% des prestations des hôpitaux mais est déficitaire: les pertes se montaient à 500 millions de francs en 2013, avertit mardi H+, la faîtière des hôpitaux suisses. Elle réclame une révision de Tarmed afin que les soins ambulatoires soient suffisamment rémunérés.

Le déficit dans les soins ambulatoires risque encore d'augmenter avec l'intervention du gouvernement dans la fixation des tarifs médicaux puisque les partenaires tarifaires (médecins, hôpitaux, assureurs) ne sont pas parvenus à se mettre d'accord pour corriger le Tarmed. H+ estime les pertes supplémentaires à 100 millions de francs.

Ecart entre coûts et rétribution

Et l'organisation faîtière de dénoncer des tarifs pour les prestations médicales ambulatoires trop bas. Ils ne sont plus adaptés aux coûts actuels de ces soins, a indiqué H+ lors de sa conférence annuelle à Berne.

Ainsi, le TARMED actuel se base sur les salaires du personnel non-médical de la fin des années 90. A cela s'ajoute une augmentation du nombre de patients traités chaque année en ambulatoire et un éventail élargi des soins proposés.

Des traitements complexes et coûteux, comme les dialyses, les chimiothérapies ou les interventions cardiaques, sont aujourd'hui réalisés en ambulatoire, alors qu'ils étaient encore traités en stationnaire il y a une quinzaine d'années.

Pourtant, le prix moyen du point tarifaire pour ces prestations à l'hôpital a baissé de 4,5% entre 2004, quand TARMED a été introduit, et 2010, écrit H+.

Inégalité de traitement

A cela s'ajoute "l'inégalité de traitement" entre les médecins privés, indemnisés pour des urgences, le travail de nuit, les week-end ou les jours fériés, et les médecins en hôpitaux qui ne peuvent pas toucher de supplément, même s'ils dispensent les mêmes soins de base. Cette inégalité ne respecte pas le principe tarifaire: à prestation égale, tarif égal, s'insurge la faîtière H+.

L'intervention du Conseil fédéral concernant TARMED va renforcer ce problème, critique H+. Le ministre de la santé Alain Berset propose que les généralistes et les pédiatres touchent en moyenne 9,80 francs de plus par consultation médicale. Pour compenser, les prestations fournies par différents spécialistes devraient être réduites de 9%. L'ordonnance révisée doit entrer en vigueur le 1er octobre.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.