Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les cinq hôpitaux universitaires de Suisse tirent la sonnette d'alarme. Ils demandent une amélioration d'urgence de la structure tarifaire du nouveau financement hospitalier. Selon eux, le système couvre insuffisamment les cas complexes et les coûts de la formation médicale.

Entré en vigueur il y a quatre mois, le système de forfait par cas (SwissDRG) ne reconnaît que 60% des différences induites par la sévérité des cas et des coûts, constatent les hôpitaux universitaires de Genève, Lausanne, Bâle, Berne et Zurich jeudi dans un communiqué commun. Or, les cas complexes et onéreux se concentrent justement dans les hôpitaux universitaires.

Les forfaits fixés ne rémunèrent pas suffisamment les coûts plus élevés induits par les patients souffrant de plusieurs pathologies ou de maladies complexes. Ils s'avèrent aussi trop bas lorsque de séjours hospitaliers plus longs que la moyenne ou pour les patients provenant d'autres hôpitaux et souffrant de complications.

Prix de base séparé

Pour toutes ces raisons, les coûts des cas sont près de 20% supérieurs dans les hôpitaux universitaires que dans les autres. Un prix de base unique entraînerait un déficit annuel d'environ 350 millions de francs dans les soins aux patients.

Les hôpitaux universitaires demandent à SwissDRG, aux directeurs cantonaux de la santé et aux assureurs de leur appliquer provisoirement un prix de base séparé qui prenne en considération les exigences spéciales pesant sur la médecine universitaire. Ils exigent également que les coûts de formation des médecins spécialistes soient complètement couverts.

Les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), le Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), l'Hôpital de l'Ile (Universitätspital Bern), l'Universitätspital Zurich et l'Universitätspital Basel traitent ensemble plus de 200'000 personnes par an. Ils s'occupent ainsi de plus d'un cinquième de tous les soins aux patients prodigués en Suisse.

ATS