Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La situation est "grave" dans l'hôtellerie suisse, selon le directeur de GastroSuisse, Bernhard Kuster. En mars, 3,1 millions de nuitées ont été enregistrées, ce qui représente une baisse de 8,1% par rapport au même mois de 2011. Les régions de montagne sont les plus touchées.

Les touristes étrangers affichent 1,7 million de nuitées, soit un recul de 12%. Les hôtes indigènes génèrent 1,4 million de nuitées, ce qui correspond à une diminution de 2,5%, selon des chiffres provisoires diffusés mercredi par l'Office fédéral de la statistique (OFS).

Moins d'Européens

Les Allemands (-23,5% et -142'000 nuitées), les Belges (-42,1% et -43'000 nuitées), les Néerlandais (-27,5% et -25'000 nuitées) et les Italiens (-15% et -15'000 nuitées) ont particulièrement manqué à l'appel en mars. Une hausse est toutefois constatée pour plusieurs pays hors de l'Union europeéene.

Ce sont le cas des Russes (+5,5% ou +2900 nuitées), des Chinois (+30% et +8800 nuitées), des Pays du Golfe (+27% et +5300 nuitées) et du Japon (+13% et +2700 nuitées). Les touristes des continents africain et océanique affichent des hausses respectives de 3500 et 1800 nuitées (+15% chacun).

La neige ne suffit pas

"Malgré de bonnes conditions d'enneigement encore en mars, les touristes ne se sont pas davantage rendus en Suisse. Le franc toujours fort et la crise économique ont pesé trop lourd dans la balance du tourisme", a indiqué GastroSuisse.

Les régions de montagne ont été durement touchées, observe la Fédération de l'hôtellerie et de la restauration. Les reculs sont particulièrement importants en mars par rapport à la même période de l'an dernier dans les Grisons (-16,7%), en Valais (-12,6%) et dans l'Oberland bernois (-15,1%), selon les chiffres de l'OFS.

ATS