Toute l'actu en bref

Les réservations en ligne ont la cote, alors que celles par mail ou téléphone sont passées sous la barre des 60% pour la première fois (archives).

KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

(sda-ats)

La part des réservations de chambres d'hôtel en ligne augmente: elle est passée de 20,6% en 2015 à plus de 27,3% l'an dernier, soit une hausse de 6,7%. Selon une étude publiée dimanche, d'ici 2020, plus de 50% des réservations s'effectueront sur Internet.

Les trois principales plates-formes de réservation en ligne sont booking.com, Expedia et HRS. Ensemble elles totalisent 93% du marché, relève l'Institut de tourisme de la HES-SO Valais-Wallis de Sierre. L'ensemble des revenus générés en Suisse en 2016 par ces trois mastodontes est estimé à plus de 1 milliard de francs.

Les hôteliers leur versent quant à eux des commissions estimées à environ 150 millions de francs. Un montant qui varie toutefois très fortement d'un établissement à l'autre en fonction du type de clientèle.

Des milliards investis

"Ce boom s'explique vraisemblablement par l'avantage technologique", comme la réservation mobile et les efforts de marketing entrepris par ces trois plates-formes pour renforcer leur présence, avancent les auteurs de l'étude réalisée avec le soutien d'hotelleriesuisse. Booking.com aurait par exemple dépensé 2,8 milliards de dollars en 2015.

Résultat, en 2016 plus de neuf réservations en ligne sur 10 ont été effectuées par le biais de Booking.com, Expedia et HRS. Le site néerlandais domine avec 73,3% de parts de marché, contre 11,9% à Expedia, alors qu'HRS (7,8%) "continue la baisse amorcée depuis quelques années".

Mais les efforts entrepris par les hôteliers pour améliorer leur visibilité sur Internet portent aussi leurs fruits. "Les réservations en temps réel sur le site internet de l'hôtel ont connu une légère augmentation et se montent à 8,2%", relève l'étude.

Baisse des réservations directes

Aujourd'hui, plus de 80% des établissements hôteliers disposent d'instruments de réservation en ligne sur leur propre site, alors qu'ils n'étaient que 62% en 2013. Au total, les réservations en ligne - plates-formes et sites web des hôtels compris - ont généré presque 40% de la part totale des nuitées en 2016.

Revers de la médaille: les réservations directes par email ou téléphone se situent sous la barre des 60% pour la première fois. Elle était encore de 77% en 2005. D'ici trois ans, les canaux de distribution via Internet auront probablement dépassé les réservations directes.

Brider les plates-formes

C'est la raison pour laquelle les hôtels devraient pouvoir offrir des tarifs plus avantageux aux clients qui préfèrent passer par leurs sites que par une plate-forme de réservation en ligne, estime la commission de l'économie du Conseil des Etats. Elle a accepté début février une motion en ce sens du PDC soleurois Pirmin Bischof.

Le texte veut interdire les contrats qui imposent des clauses de parité tarifaire. Depuis juillet 2015, les hôtels ne peuvent plus proposer sur leur site web des offres plus avantageuses que sur les plates-formes en vertu de telles clauses.

ATS

 Toute l'actu en bref