Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'hôtellerie-restauration suisse a subi de plein fouet l'an dernier l'impact de l'environnement économique difficile. Le moral en berne, les consommateurs ont diminué de 1,9 milliard de francs leurs dépenses pour s'accorder un repas ou une boisson hors de chez eux.

L'emploi a souffert d'un climat conjoncturel morose et de la chute spectaculaire de la demande, quelque 10'000 postes passant à la trappe, a indiqué mercredi à Zurich Klaus Künzli, président central de l'association faîtière GastroSuisse. L'an passé, le chiffre d'affaires du secteur, qui compte 26'800 établissements employant plus de 217'000 salariés, a reculé à 24,2 milliards de francs, soit 7% de moins qu'en 2010.

Du coup, l'hôtellerie-restauration évolue actuellement - en termes d'activité - en dessous de sa moyenne pluriannuelle. Outre un moral des consommateurs en berne, la branche a subi l'impact du franc fort, qui a découragé les touristes étrangers à venir en Suisse.

Alors qu'à fin 2007 sept nuitées à 150 francs revenaient à 625 euros pour un visiteur de l'Union européenne, ce dernier devait débourser 963 euros pour un séjour identique à mi-2011, a ajouté Bernhard Kuster, le directeur de GastroSuisse. Cela lui a coûté 54% de plus.

Initiative populaire

GastroSuisse exige notamment "l'élimination de la discrimination fiscale" de la branche. Il n'est pas normal que les denrées alimentaires vendues dans un restaurant soient plus fortement taxées que lorsqu'elles sont achetées dans un commerce de détail ou dans un stand de restauration rapide, a souligné M. Künzli.

Et le président de GastroSuisse de demander que l'initiative populaire "Stop à la TVA discriminatoire pour la restauration", déposée en septembre soit traitée en même temps que la révision de la loi sur la TVA. Un assujettissement de l'hôtellerie-restauration à un taux réduit (de 2,5%, contre 8% actuellement) représente une solution juste et réaliste.

ATS