Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'hôtellerie suisse accuse un léger repli du nombre de nuitées en novembre, de 0,2% au regard du même mois de 2010 à 1,8 million. Sur onze mois, le secteur affiche une baisse de 2% à 33,1 millions. La tendance à la baisse devrait se poursuivre en 2012.

Comme pour les mois précédents, le recul subi en novembre découle principalement de la désaffectation constatée auprès des hôtes étrangers, pénalisés par l'impact du franc fort. Ceux-ci ont généré un nombre de nuitées en baisse de 2%, à 939'000. A l'inverse, la clientèle suisse demeure fidèle, avec une hausse de 2% à 835'000 nuitées, a précisé lundi l'Office fédéral de la statistique (OFS).

Les Européens boudent

En revanche, pas de miracle du côté de la baisse des visiteurs européens provoquée par le franc fort. Au onzième mois de l'année 2011, ils étaient 4,4% de moins à séjourner en Suisse qu'au même moment l'année précédente. Les réservations étasuniennes s'inscrivent elles aussi à la baisse.

L'hôtellerie suisse peut cependant rester optimiste grâce aux visiteurs venus d'Asie. En novembre 2011, ils étaient 11% de plus à séjourner dans des établissements helvétiques par rapport au même mois de l'an passé. La Russie et les Pays du Golfe offrent également des perspectives encourageantes.

Valais perdant

Au niveau des régions touristiques, le Valais enregistre la plus forte baisse des nuitées à -8,7%. La région bernoise recule de 6,3%, les Grisons de 6% et la région lémanique de 4,9%.

Les régions rurales tirent leur épingle du jeu. La région de Fribourg augmente ses nuitées de 11,8%, celle du Jura & Trois-Lacs croît de 10,1%, tandis que l'Oberland bernois progresse de 8,3%. Selon Véronique Kanel, porte-parole de Suisse Tourisme, cette situation est aussi à mettre sur le compte de la météo favorable qui a poussé le public à profiter du beau temps.

Quel que soit le temps, l'année 2012 ne devrait pas réserver d'inversion de tendance pour les hôteliers suisses.

ATS