Hans Kossmann vit une nouvelle aventure. L'entraîneur qui a connu le succès en Suisse oeuvre cette saison en Allemagne.

Au mois de mai dernier, il s'est retrouvé au firmament du hockey helvétique par la grâce d'un nouveau titre des Zurich Lions. Près d'une année plus tard, Hans Kossmann se bat dans les fonds du classement de la DEL, le Championnat professionnel allemand, à la tête des Wolfsburg Grizzlys.

Appelé à la rescousse par les Zurich Lions à Noël 2017, Hans Kossmann avait conduit le club zurichois au titre après une finale épique face à Lugano. Mais il possédait un contrat à durée limitée. La place était déjà réservée pour Serge Aubin, qui finalement n'a pas passé l'hiver pour être remplacé par Arno Del Curto. Le Canado-Suisse a donc retrouvé de l'embauche en Allemagne. Depuis fin octobre, il dirige la modeste équipe de Wolfsburg, actuellement 13e sur 14 en Championnat de DEL.

Même s'il reste 7 matches en saison régulière, Hans Kossmann sait très bien que le train des play-off partira sans les Grizzlys. "C'est sûr qu'il manque un peu de talents dans cette équipe. Nous sommes allés dix fois au-delà du temps réglementaire et nous n'avons pris qu'un point. Avec 4 ou 5 points, on serait encore en course pour les séries finales", relève le Schaffhousois d'origine.

Expérience intéressante

N'empêche que malgré une situation sportive modeste, l'ancien coach de Fribourg Gottéron et Ambri-Piotta a trouvé l'expérience intéressante. "Quand on m'a appelé pour prendre l'équipe, je n'ai pas regardé sa valeur. J'ai sans doute pensé qu'ils étaient plus forts qu'ils ne l'étaient. Mais je ne regrette rien. Je voulais voir autre chose."

Il a succédé à la bande au Finlandais Pekka Tirkkonen (ex-Kloten) qui avait connu un début de saison désastreux: 9 points en 13 matches. Kossmann n'a jamais vraiment pu redresser la barre.

"Si on regarde nos quatre derniers matches contre des gros que sont Düsseldorf, Munich, Cologne et Ingolstadt, nous avons perdu avec un but dans la cage vide", regrette le Canado-Suisse. A défaut de points, Wolfsburg a attiré les regards lors de sa défaite 7-5 contre Ingolstadt. Sur le 5-5, un attaquant adverse a frappé de son camp un palet en chandelle à la mode baseball. Le puck est allé se figer 40 m plus loin à la base du poteau gauche du portier de Wolfsburg, qui complètement surpris, l'a laissé franchir la ligne. Le but de l'année visible sur "del.org".

Excellentes infrastructures

Plus sérieusement, Hans Kossmann a apprécié de disputer un championnat où le niveau est bon et les infrastructures excellentes dans la plupart des cas. "Les patinoires sont supérieures à certaines en Suisse. Cologne, Mannheim, Berlin ou Munich ont des enceintes magnifiques. Chez nous, c'est plus modeste, on joue devant 3000 spectateurs."

Il a sans doute accepté sans sourciller l'absence de relégation. "Mais elle sera réintroduite dans trois saisons parce qu'il y a des clubs qui aimeraient revenir en DEL à l'image de Francfort."

Quel est le niveau du Championnat dans le pays médaillé d'argent des Jeux olympiques de Pyeongchang ? "Je le trouve bon. Il n'y a pas beaucoup de matches faciles. Il faut savoir que nous pouvons aligner neuf joueurs étrangers. Souvent ce sont des Nord-Américains. Mélangés avec les Allemands, ça donne un esprit très combatif."

Le pensum de Kossmann se terminera le 3 mars avec la dernière journée de la qualification. Quid de son avenir ? "Pour le moment, je n'ai pris aucune décision. Il y a une possibilité de rester à Wolfsburg, mais je ne me prononcerai pas avant la fin de la saison. Je garde aussi un oeil sur la Suisse."

Avait-il été approché pour prendre la place de Serge Aubin. "J'ai eu une discussion avec Sven Leuenberger, le directeur sportif, mais j'avais un engagement fixe à Wolfsburg, ce n'est donc jamais allé plus loin."

Mots clés

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.