Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Hans Wicki n'est pas un Nidwaldien bourru

Le conseiller aux Etats Hans Wicki serait le premier Nidwaldien à entrer au Conseil fédéral s'il brûlait la politesse à la candidate favorite Karin Keller-Sutter (archives).

KEYSTONE/GEORGIOS KEFALAS

(sda-ats)

Expérience de leadership en politique et dans le monde des affaires: le PLR nidwaldien, Hans Wicki, candidat au Conseil fédéral, peut s'en targuer. Le conseiller aux États est considéré comme un outsider, mais pas de succès sans prise de risque, selon lui.

Hans Wicki, 54 ans, vit avec son épouse, l'ancienne coureuse de ski Monika Hess, la soeur de la championne de ski Erika Hess, et ses deux enfants à Hergiswil (NW). Membre de l'exécutif de cette commune, il a ensuite assumé la tâche de maire.

Son approche pragmatique a payé et la carrière politique du Nidwaldien a rapidement décollé. En 2010, il a été élu au gouvernement cantonal (-2016) au premier tour de scrutin. Cinq ans plus tard, il a pris la direction de Berne comme conseiller aux Etats du demi-canton. Le libéral radical a réussi l'exploit de ravir ce mandat pour la première fois au PDC.

Un homme pragmatique

Si le politicien typique de Nidwald est un peu bourru et plutôt orienté région, M. Wicki fait preuve de davantage de sophistication. Comme conseiller d'Etat, il s'est taillé une réputation d'homme pragmatique, mais aussi impatient, pendant les débats au parlement cantonal.

Le quinquagénaire n'est pas seulement un politicien, mais aussi un homme impliqué dans l'entreprise. Il a travaillé comme courtier en bourse, puis au sein du groupe allemand Pfisterer, spécialisé dans les composants de lignes électriques. Pour celui-ci, il a dirigé des sociétés en Suisse et en Afrique du Sud.

M. Wicki est aussi un homme de conseils d'administration (CA). Il est président du celui de la compagnie de remontées mécaniques du Titlis. Il assume la même fonction à la tête de l'organisation nationale de la construction constructionsuisse. Il est encore membre du CA de la Chambre de commerce et d'industrie de Suisse centrale.

Les médias nationaux à Stans

Le politicien de Suisse centrale sait se mettre en valeur. Lorsqu'il a annoncé sa candidature au Conseil fédéral il y a un mois, il ne l'a pas fait en envoyant un communiqué dans les rédactions, mais en faisant venir les médias nationaux à l'Hôtel de Ville de Stans.

Le sénateur a déclaré aux journalistes qu'un conseiller fédéral a un cahier des charges complexe, ne laissant aucun doute sur le fait qu'il s'en acquitterait. Il a à la fois une expérience politique et entrepreneuriale ainsi qu'un profil clairement libéral.

S'il était élu, M. Wicki serait le premier représentant de Suisse centrale depuis Kaspar Villiger (1989-2003) et le premier Nidwaldien à entrer au Conseil fédéral.

Agir comme un favori

Face à Karin Keller-Sutter, la grande favorite à la succession de Johann Schneider-Amman, les chances de Hans Wicki sont jugées comme faibles depuis le début. Il maintient toutefois que sa candidature est sérieuse.

Le conseiller aux États de Nidwald n'a par exemple pas réussi à convaincre avec ses compétences linguistiques. Mais même dans ce cas-là, il s'est montré confiant: depuis l'école, je n'ai pas beaucoup parlé français, mais une langue peut se réapprendre, a-t-il déclaré.

Mots clés

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.