Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'Agence internationale de l'énergie (AIE) s'attend à une hausse de 20% des émissions de dioxyde de carbone (CO2) d'ici 2035, selon son rapport annuel publié mercredi. Selon ses calculs, l'augmentation de la température de la planète va augmenter de plus de 3,5 degrés Celsius.

"La porte des deux degrés" de hausse de la température dans le monde, qui est l'objectif de la communauté internationale, "est fermée" si les gouvernements n'engagent pas de nouvelles actions d'ici 2017, prévient l'AIE.

Si les Etats renonçaient aux actions promises, la planète suivrait une trajectoire de hausse de la température de 6 degrés, ajoute l'AIE, bras énergétique de l'Organisation de coopération et de développement économique (OCDE), qui réunit 28 pays parmi les plus riches.

Capture de CO2

Une des options clé pour réduire les émissions est la mise en place des techniques de capture et stockage de CO2, explique l'AIE, qui met en garde contre les barrières législatives ou techniques à ces solutions, alors que l'utilisation du charbon va grimper de 65% d'ici 2035.

Quant aux capacités de production nucléaires mondiales, elles pourraient chuter de 15% en 2035 après la catastrophe de Fukushima au Japon en mars, affirme l'AIE.

Ce scénario a été élaboré dans l'hypothèse où notamment aucune nouvelle centrale nucléaire ne serait construite dans les pays de l'Organisation de coopération et de développement économique (OCDE).

ATS