Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le chiffre d'affaires de l'industrie MEM a diminué en 2016 de 1,8% en comparaison annuelle, mais la tendance s'est améliorée au 4e trimestre (photo symbolique),

KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

(sda-ats)

L'industrie suisse des machines, des équipements électriques et des métaux (MEM) a pu redresser l'an passé ses entrées de commandes et ses exportations. Le chiffre d'affaires, lui, a reculé de 1,8%, malgré une amélioration au 4e trimestre, et la rentabilité souffre.

Sur l'ensemble de l'année 2016, les entrées de commandes ont progressé de 9,5% comparé à 2015, annonce mardi Swissmem. Au seul quatrième trimestre, les nouveaux ordres ont toutefois stagné au niveau de l'année précédente (+0,2%) , relève l'organisation faîtière de l'industrie MEM.

A l'aune des ventes, c'est l'inverse qui est observé. Le chiffre d'affaires a, pour la première fois, de nouveau légèrement augmenté de 2,7% au dernier trimestre 2016. Un constat valable tant pour les grands groupes que pour les petites et moyennes entreprises (PME).

Près d'un quart déficitaires

Mais le tableau reste préoccupant du côté des marges. Selon un récent sondage réalisé par Swissmem, près d'un quart (23%) des entreprises de la branche présentaient un déficit au plan du résultat opérationnel avant intérêts et impôts (EBIT). Elles étaient seulement 7% dans le rouge à fin 2014.

Un bon tiers des sondés a dégagé une marge EBIT positive mais inférieure à 5%. "Finalement, deux ans après l'abolition du cours plancher de l'euro, 57% des entreprises n'ont toujours pas réussi à générer des marges suffisantes pour investir dans l'avenir", déplore Hans Hess, président de Swissmem, cité dans le communiqué. Et le franc s'est encore renforcé ces derniers mois vis-à-vis de la monnaie unique.

Net recul vers l'Asie

Sur le front des exportations de l'industrie MEM, la valeur totale s'est maintenue stable (+0,1%) par rapport à l'année précédente, à 63,3 milliards de francs. La croissance dans les segments instruments de précision (+3,8%), métallurgie (+2,7%) et électrotechnique/électronique (+1,6%) a permis de stopper le recul persistant des livraisons à l'étranger.

Les principaux débouchés ont connu une évolution mitigée, mais les exportations vers l'Union européenne, marché principal, se sont accrues de 2,8% en rythme annuel. Tandis qu'elles poursuivent leur essor à destination des Etats-Unis (+2,1%), les livraisons ont nettement chuté vers l'Asie (-5,4%).

L'emploi lui aussi a pâti de l'accélération du changement structurel. A fin 2016, la branche occupait au total 317'600 personnes, soit 12'600 postes supprimés en l'espace de 2 ans.

L'exercice 2017 dépendra lui aussi des cours des devises et de la conjoncture dans les marchés clés. La branche se montre plus optimiste pour les commandes et les exportations. Mais, selon une enquête de l'université de Saint-Gall, 46% des entreprises industrielles envisagent de délocaliser à l'étranger d'ici trois ans, seul moyen, avec l'innovation, d'accroître la rentabilité en Suisse.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS