Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les salariés en Suisse ont passé autant de temps au travail l'an dernier qu'en 2010. Si le nombre total d'heures à l'oeuvre a crû de 2,7%, pour totaliser 7,708 milliards, cette progression s'explique par la hausse du nombre d'emplois et non par une réduction du temps libre.

La durée annuelle effective de travail par emploi est en effet restée stable, a relevé lundi l'Office fédéral de la statistique (OFS). L'an dernier, les salariés à plein temps ont travaillé en moyenne 41 heures et 28 minutes par semaine.

Ce sont les employés du secteur primaire qui besognent toujours le plus, avec des semaines de 44 heures et 52 minutes. Suivent ceux du secteur de la finance et des assurances avec 42 heures et 51 minutes, de l'hôtellerie-restauration avec 42 heures et 16 minutes et des domaines scientifiques et techniques avec 41 heures et 58 minutes.

Les hommes travaillent plus

A l'autre bout de la chaîne se trouvent notamment les travailleurs de la santé et du social (41 heures) et les employés de l'administration publique (41 heures et 18 minutes).

Sans surprise, les hommes passent en moyenne davantage de temps au travail (1792 heures sur l'année en 2011) que les femmes (1250).

Entre 2006 et 2011, la charge moyenne de travail a augmenté de 9 minutes par semaine, relève aussi l'OFS, car si la durée fixée dans le contrat a diminué (-4 minutes), les salariés effectuent davantage d'heures supplémentaires (+5 minutes) et sont moins absents (+5 minutes au travail).

Cinq semaines de vacances

Durant la même période, le nombre de jours de vacances a lui aussi grossi, passant de 4,9 à 5 semaines. Cette tendance s'observe depuis 15 ans.

Les plus âgés et les plus jeunes sont favorisés: ainsi les 50 à 64 ans ont pu profiter en moyenne de 5,5 semaines l'an dernier, les 15 à 19 ans de 5,2 semaines et les 20 à 49 ans de 4,8 semaines. Les salariés propriétaires de leur entreprise ne sont pas pris en compte dans ce calcul, souligne l'office fédéral.

ATS