Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La cuchaule est la dernière venue dans la famille des AOP. Elle a été officiellement enregistrée au début du mois (archives).

ATS/Martine Salomon

(sda-ats)

Les ventes de produits AOP-IGP ont connu une hausse de 6% en 2017 par rapport à l'année précédente. Actuellement, 37 produits bénéficient de l'un ou l'autre label en Suisse.

Lors de l'assemblée générale de l'Association suisse des AOP-IGP jeudi à Berne, la présidente et conseillère aux Etats Géraldine Savary (PS/VD) a salué l'enregistrement de trois nouvelles IGP - les spécialités appenzelloises Mostbröckli, Pantli et Siedwurst - ainsi que de la Cuchaule comme AOP, selon un communiqué de l'association.

Elle a aussi souligné l'amélioration de la situation économique, en particulier dans l'Union européenne. L'embellie datant de ces derniers mois, elle ne se reflète pas encore dans les chiffres 2017, a précisé à l'ats le directeur de l'association Alain Farine. Et d'indiquer que l'an passé les exportations vers l'UE étaient en léger retrait, un retrait compensé par d'autres marchés.

Du fromage vers l'UE

L'UE reste de loin le premier partenaire avec environ 80% des exportations. Viennent ensuite les Etats-Unis, a expliqué M. Farine. L'an dernier, une moitié environ des plus de 68'200 tonnes de produits mis sur le marché a été exportée. Les fromages AOP constituent l'écrasante majorité des produits vendus à l'étranger.

Les AOP et IGP ont généré un chiffre d'affaires aux points de vente de 1,6 milliard de francs. Quelque 10'000 exploitations agricoles produisent de la matière première pour 1662 entreprises de transformation. Ces dernières représentent 15'000 emplois.

L'AOP est réservée aux produits dont toutes les étapes de production sont réalisées dans une aire géographique délimitée. Y figurent la Damassine, le Gruyère ou encore le Pain de seigle valaisan. Quant à l'IGP, elle distingue des produits dont au moins une étape - souvent la transformation - a lieu dans une zone délimitée: par exemple le Saucisson neuchâtelois et le Gâteau au kirsch de Zoug.

Non à la centralisation d'Agroscope

Lors de son assemblée générale, l'Association suisse des AOP-IGP s'est aussi exprimée sur des sujets politiques. Elle soutient ainsi le projet de révision de la législation des vins suisses, qui vise à passer du système cantonal AOC/vin de pays au système fédéral des AOP-IGP.

La faîtière s'oppose en revanche au projet de centralisation des stations de recherche agricole Agroscope sur un seul site. Des activités de recherche décentralisées sont indispensables dans un pays comme la Suisse, aussi divers aux niveaux climatique, topographique et pédologique, argumente l'association.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS