Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les ventes de voitures d'occasion ont progressé de 3,5% au premier trimestre. Entre janvier et mars, 213'525 véhicules ont changé de main. Il s'agit de 7151 engins de plus que lors de la même période de 2015.

La durée d'immobilisation pour une voiture d'occasion s'est toutefois affichée en hausse de 5,3% à 99 jours, ont indiqué lundi l'organisme spécialisé dans le secteur Eurotax et l'Union professionnelle suisse de l'automobile (UPSA) dans un communiqué. Cela signifie que le marché a mis plus de temps à écouler ses véhicules d'occasion.

Cette période de latence plus longue s'explique, selon ces deux organisations, par l'augmentation du nombre d'engins neufs achetés l'année passée. Ce boom des ventes s'explique par l'abandon du taux plancher, lequel a entraîné des baisses de prix pour les nouveaux véhicules.

Moins de véhicules neufs

Cette année, 71'957 nouvelles immatriculations ont été enregistrées en Suisse. L'UPSA et Eurotax jugent ce nombre satisfaisant même si les immatriculations de voitures de tourisme ont baissé de 0,4%, ce qui représente 318 unités en moins. Globalement, entre janvier et mars, il s'est vendu trois fois plus de véhicules d'occasion que de neufs, résument-ils.

Dans le détail, les ventes de voitures hybrides (essence/électrique) ont augmenté de 18,5% à 2112 unités. Celles des engins 100% électriques ont progressé de 37,5%, ce qui représente un total de 773 véhicules. Quant aux 4X4, elles affichent une hausse plus modérée (+8,2%) tout comme les diesels (+1,6%).

VW toujours en tête

Par firmes, Toyota a fait son retour dans le top dix des marques les plus présentes sur le marché helvétique au détriment de Citroën. Ses ventes se sont étoffées de plus de 18%.

En tête du classement, figure toujours la marque Volkswagen avec 11,9% des parts de marché et des ventes en progression de 0,7%. Suivent Mercedes et BMW (7,9% des parts de marché chacun).

Pour l'ensemble de l'année 2016, les deux organisations soulignent que les conditions de marchés devraient davantage profiter aux voitures d'occasion qu'aux neuves.

ATS