Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Une avancée dans la lutte contre le port d'armes aux Etats-Unis (archives)

KEYSTONE/AP/JOHN LOCHER

(sda-ats)

Hawaï va devenir le premier Etat américain à enregistrer ses habitants possédant une arme à feu dans la base de données fédérale établie par le FBI. Ce procédé permettra aux autorités locales de surveiller leurs activités criminelles dans l'ensemble des Etats-Unis.

Le gouverneur de Hawaï, le démocrate David Ige, a signé la loi introduisant cette mesure jeudi, ont annoncé vendredi ses services.

Cette initiative est intervenue au moment où à Washington, des élus démocrates organisaient un sit-in à la Chambre des représentants pour protester contre l'inaction de la majorité républicaine au Congrès sur le contrôle des armes à feu après la récente tuerie dans une discothèque d'Orlando, en Floride.

La NRA ne désarme pas

L'inscription des détenteurs d'armes à feu sur la liste "Rap Back" du FBI permettra à la police hawaïenne d'être informée si l'un d'eux est arrêté dans un autre Etat américain. Cette base de données servait jusqu'ici uniquement à surveiller les éventuelles activités criminelles de personnes faisant l'objet d'une enquête ou occupant des postes sensibles, comme les enseignants ou les employés des crèches.

A l'annonce de son extension à l'ensemble des porteurs d'armes à feu à Hawaï, la National Rifle Association (NRA), le puissant lobby qui milite depuis des années contre toute législation en la matière aux Etats-Unis, a dénoncé "l'une des lois les plus extrêmes jamais vues".

ATS