Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Lors de leur présentation d'avant-saison, les dirigeants du LHC ont officialisé la prolongation de contrat de leur entraîneur Heinz Ehlers. Le Danois est lié au club vaudois jusqu'en 2017.

Comme pour valider encore davantage son message identitaire, le directoire lausannois a annoncé la prolongation de contrat de l'entier de son staff. L'entraîneur Heinz Ehlers et son assistant Rikard Franzen ont signé pour une année supplémentaire soit jusqu'en 2017. Le Québécois Yves Sarault, responsable des juniors élite a pour sa part paraphé une entente jusqu'en 2018. "Les discussions n'ont pas duré trop longtemps, car les conditions à Lausanne sont très professionnelles", a ajouté Heinz Ehlers, en poste depuis l'été 2013. "La cohésion est un élément essentiel qui fait partie intégrante de notre succès." Cette phrase du président lausannois Patrick de Preux résume bien les sentiments actuels du club vaudois. Pour sa troisième saison dans l'élite, le LHC n'a aucunement l'intention de trahir ce qui a fait son succès jusqu'à présent.

Sur le plan sportif, les Lausannois espèrent accrocher une nouvelle fois les play-off, mais ce n'est pas l'objectif du club. "Nous devons nous améliorer tous les jours", a martelé Jan Alston. Pour ce faire, les Vaudois ont engagé Nicklas Danielsson, l'ancien artilleur suédois de Rapperswil, Eric Walsky, qui a passé le dernier exercice entre Lugano et Rapperswil, et Dario Trutmann, défenseur de Genève-Servette. Le capitaine John Gobbi estime que ces trois arrivées sont autant de renforts dont l'organisation avait besoin pour franchir un palier.

Un autre sujet qui a capté l'attention de l'assistance concerne la future patinoire qui devra être opérationnelle pour la saison 2019-20, puisque Lausanne a obtenu l'organisation des Jeux olympiques de la Jeunesse 2020 ainsi qu'un des deux sites pour le Championnat du monde de hockey sur glace cette même année. "Le rêve c'est 11'500 places, lance Patrick de Preux. Nous allons faire appel à des spécialistes afin de voir si c'est envisageable avec la surface dont nous disposons. Mais avec 230 millions de francs, nous souhaitons quelque chose de très bien fait." Si le budget semble frappé du secret bancaire, "il a un peu augmenté" selon les mots du directeur Sacha Weibel, le LHC compte actuellement environ 5500 places réservées sur les 7600 disponibles.

ATS