Toute l'actu en bref

"Tout est ouvert. J'ai encore des choix difficiles à opérer !" Heinz Günthardt entretient le suspense. La composition de l'équipe de Suisse ce week-end à Palexpo peut réserver des surprises.

La méforme de Belinda Bencic (WTA 81), incapable de gagner cette année un seul match officiel sur le Circuit, bouleverse quelque peu la donne dans l'équipe de Suisse. Héroïne l'an dernier du quart de finale de Leipzig contre l'Allemagne, la Saint-Galloise traverse les heures les plus sombres de sa carrière. Elle risque, en effet, de perdre lundi prochain sa place dans le top 100 de la WTA une fois que l'ordinateur aura biffé les points qui avaient récompensé son accession l'an dernier en finale du tournoi de Saint-Petersbourg.

Brillante en demi-finale à Lucerne face à la République tchèque, Viktorija Golubic (WTA 63) postule à une place de titulaire en simple. Seulement, la Zuichoise, elle aussi, présente un bilan négatif en 2017: trois défaites en trois rencontres.

"Les joueuses ont compris la règle du jeu, souligne Heinz Günthardt. J'ai vraiment le choix. Il reste à faire le bon. Même Timea Bascinszky n'est pas sûre de jouer samedi. Je prendrai ma décision jeudi soir. Les derniers entraînements compteront..." Malgré la prudence d'usage du capitaine, il est toutefois acquis que Timea Bacsinszky (WTA 16) sera le no 1 de l'équipe. La question est de savoir quelle joueuse Heinz Günthardt enverra au front samedi face à Kristrina Mladenovic, le no 1 tricolore qui vient de remporter à Saint-Petersbourg dimanche le premier titre de sa carrière: Belinda Bencic, sa meilleure amie sur le Circuit, ou Viktorija Golubic ? Une Belinda Bencic qui peine à retrouver la flamme qui avait été la sienne il y a douze mois, ou une Viktorija Golubic également en panne de confiance mais qui a démontré à Lucerne et à Gstaad que le fait de jouer à domicile pouvait la sublimer ?

ATS

 Toute l'actu en bref