Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Hockey sur glace - Coup de tonnerre sur le Championnat du monde. Le Canada s'est fait éliminer par la Slovaquie (4-3) en quarts de finale à Helsinki. La Russie bat la Norvège 5-2 sans convaincre pleinement.
Pour la troisième année de suite, le Canada est éliminé au stade des quarts de finale. Indécent pour la nation phare du hockey. Les Canadiens avaient pourtant terminé premiers de la poule H à Helsinki et avaient ainsi obtenu le droit d'affronter la Slovaquie qu'ils avaient battue 3-2 dans tour préliminaire.
Mais tout est allé de travers pour les Canadiens. Après moins de 10 minutes de jeu, la Slovaquie menait déjà 2-0 grâce à une reprise du genou (!) de Tomas Kopecky (Florida Panthers) et un tir de l'ancien Miroslav Satan (37 ans/Slovan Bratislava). Juste avant la mi-match, le Canada avait gommé son retard sur des buts de Kane et Skinner. Il prenait même l'avantage à force d'insister par Alexandre Burrows (Vancouver Canucks/38e).
La sélection canadienne s'endormait alors sur ses lauriers. Elle sombrait dans une certaine nonchalance et dans un jeu stéréotypé qui ne surprenait plus la défense slovaque où le gardien Jan Laco (Lev Poprad/KHL) brillait quand les palets arrivaient tout de même à franchir l'arrière-garde. Tout se déréglait pour les hommes du coach Brent Sutter dans les 5 dernières minutes. L'ancien attaquant des Zurich Lions Milan Bartovic (Liberec/Tch) égalisait d'abord. Puis quelques secondes plus tard, Satan en position idéale face au but visait la transversale.
Les Slovaques avaient-ils laissé passer leur chance ? Non. Les Canadiens perdaient leurs nerfs. L'espoir Nugent-Hopkins (Edmontons Oilers) écopait d'une pénalité mineure puis surtout le capitaine Ryan Getzlaf (Anaheim Ducks) se faisait l'auteur d'un vilain coup de genou sur Mikus. Les arbitres n'hésitaient pas à renvoyer au vestiaire le mastodonte (1m93/100 kg). Il ne fallait que 4'' à Handzus (San Jose Sharks) pour gagner l'engagement et à Sekera (Buffalo Sabres) pour ajuster la cage de Cam Ward. Du travail d'orfèvre pour couronner un succès slovaque, qui effacera peut-être la grande déception de l'an dernier, où, pays organisateur, la Slovaquie n'avait même pas atteint les quarts de finale.
La Russie a dû attendre la 51e minute pour mater la Norvège. Une déviation de Nikolai Zherdev (Atlant Mytishi) sur le 4-2 mettait fin aux espoirs des Norvégiens, à nouveau présents au niveau des quarts de finale comme l'an dernier. A peine débarqués de Washington, les deux Alexander, Ovechkin et Semin, ont tout de suite montré qu'ils entendaient bien redorer le blason russe. Ovechkin ouvrait le score à la 8e minute sur un assist de son compère. Les Norvégiens tiennent désormais le rôle dévolu à la Suisse voici quelques années, avec une solide discipline défensive prônée par un entraîneur - Roy Johansen - en poste depuis longtemps comme au temps des plus belles années Krueger.
Les Scandinaves ont longtemps contrarié la marche des Russes. Ils sont revenus à 2 à 2 au début de la deuxième période grâce à l'ex-Luganais Patrick Thoresen. Cela n'a toutefois pas suffit pour créer la deuxième surprise de la journée.

ATS