Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Pour Helvetia Nostra, la décision prise mercredi par le Conseil fédéral est "un déni de démocratie caractérisé". Les cantons alpins, eux, y voient "une base appropriée pour la période transitoire".

Le Conseil fédéral s'est incliné devant les lobbys en fixant l'entrée en vigueur au 1er janvier alors qu'il y a une avalanche de demandes de permis de construire, a indiqué à l'ats Vera Weber. Quant à l'ordonnance elle-même, elle laisse "beaucoup d'ouvertures" permettant de contourner la volonté populaire, a ajouté la vice-présidente de la Fondation Helvetia Nostra.

Mais "c'est tout de même une amélioration", il s'agira d'analyser son application et d'en tirer des leçons afin de "corriger les effets pervers" dans la loi que le Parlement devra élaborer, estime Mme Weber.

Toutefois, un élément est jugé "particulièrement choquant et inacceptable": la dérogation concernant la construction de nouvelles résidences secondaires sur la base d'un plan d'affectation spécial approuvé avant le vote du 11 mars. De gros projets comme celui d'Andermatt (UR) pourraient en bénéficier.

Pour la Conférence gouvernementale des cantons alpins (CGCA), l'ordonnance forme "une base appropriée pour la période transitoire". La préservation de l'acquis et l'entrée en vigueur au 1er janvier sont à saluer particulièrement, écrit-elle.

Entrepreneurs satisfaits

C'est "avec satisfaction" que les cantons alpins (VS,TI,GR,GL,NW,OW,UR) ont pris connaissance de la préservation des acquis pour les constructions existantes ou autorisées avant le 11 mars. Le Tessin salue en particulier le fait que les "rustici" ne sont pas concernés par la nouvelle ordonnance.

Le Groupement suisse pour les régions de montagne (SAB) se dit "globalement satisfait". Mais il demande des mesures d'accompagnement, financières notamment, "afin d'atténuer les effets négatifs liés à cette initiative".

La Société suisse des entrepreneurs (SSE) estime que le Conseil fédéral a pris une décision raisonnable. Elle fournit une contribution réaliste pour "atténuer au moins les graves préjudices économiques que subissent les régions touristiques et de montagne".

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS