Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

HEM- NE: les députés votent un moratoire sur la fermeture

L'initiative en faveur du maintien d'une formation musicale professionnelle dans le canton de Neuchâtel a été déposée début octobre (archives).

KEYSTONE/LAURENT GILLIERON

(sda-ats)

Le Grand Conseil neuchâtelois a accepté mardi un projet de loi des groupes PopVertsSol, socialiste et Vert'Libéral-PDC demandant un moratoire sur la fermeture de l'antenne neuchâteloise de la Haute Ecole de musique. Et ce tant que la population ne s'est pas exprimée.

Les députés ont approuvé par 54 oui, 46 non et 15 abstentions le projet de loi. Le socialiste Baptiste Hurni a expliqué que le principe de précaution veut "que l'on ne dénonce pas une convention tant que la population ne s'est pas prononcée sur l'initiative".

Le PLR Marc-André Nardin est allé dans le même sens. Selon lui, "il ne faut pas briser le lien de confiance entre les autorités et la population". Il a déclaré qu'il accepte le projet de loi dans un sens institutionnel même s'il ne se prononce pas sur le fond du sujet, à savoir la fermeture de l'antenne neuchâteloise de la HEM (Haute Ecole de musique).

Problèmes juridiques

Le rapporteur de la commission, le PLR Christophe Schwarb, a précisé que, comme le projet de loi aura des effets au niveau d'une convention intercantonale, des problèmes juridiques se poseront peut-être au niveau de sa mise en exécution.

La députée PLR Béatrice Haeny a rappelé que seuls trois étudiants suivent cette école actuellement pour un coût élevé pour le canton. "Faire de la politique, c'est aussi faire des choix", a-t-elle ajouté en expliquant que le PLR soutient le Conseil d'Etat avec cette mesure d'économies.

Le projet de loi demande au Conseil d'Etat de maintenir un enseignement professionnel de la musique dans le canton, y compris l’inscription de nouveaux élèves, tant et aussi longtemps que la population ne s’est pas exprimée sur l’initiative "pour le maintien d’une formation musicale professionnelle dans le canton de Neuchâtel" ou que celle-ci ait été retirée. Cette disposition s'éteint le 31 décembre 2021.

Convention très défavorable

Le Conseil d'Etat était opposé à ce moratoire. Il a indiqué qu'il est légitimé à résilier la convention sur la HEM. Selon lui, celle-ci est très défavorable au canton de Neuchâtel et le modèle actuel n’est plus "acceptable" avec un coût annuel de 2,5 millions de francs.

La cheffe du Département de l'éducation et de la famille, Monika Maire-Hefti, a ajouté que le Conseil d’État prend l’engagement d’organiser le vote sur l’initiative en 2019. Elle a rappelé en vain que si le moratoire était accepté une non-économie de plus de 200'000 francs ne pourrait être réalisée en 2020.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.