Herisau - L'une des 66 recrues victimes du virus H1N1 à la caserne d'Herisau (AR) cette semaine a dû être hospitalisée. Comme sa fièvre ne diminuait pas, l'armée a jugé que le soldat en question bénéficierait de meilleures possibilités de prise en charge à l'hôpital.
Une porte-parole de l'armée, Kirsten Hammerich, a confirmé à l'ATS cette information parue dans le "SonntagsBlick". Les soldats étaient tombés malades mardi. Quarante des 66 recrues touchées ont pu rentrer samedi pour passer le week-end en famille, car elles ne présentaient plus de symptômes grippaux depuis 48 heures.
Le porte-parole du Département fédéral de la défense Martin Buehler avait confirmé samedi l'information de la télévision alémanique SF, précisant à l'ATS que les recrues n'avaient souffert que d'une légère grippe. Il ajoutait que selon les indications des médecins, la situation n'était pas comparable à la pandémie de l'an passé.
Loin de l'épidémieDe fait, les cas de grippe restaient sporadiques du 6 au 12 décembre, dernière semaine pour laquelle des chiffres sont disponibles. Selon le système de surveillance Sentinella, les suspicions d'influenza étaient limitées à deux de ses zones d'étude: la Suisse centrale, et les Grisons avec le Tessin.
Sur 17 échantillons analysés, seulement 3 cas de virus influenza ont été mis en évidence. Sur ces 3 virus détectés, 2 étaient du type A(H1N1) qui avait été pandémique en 2009. Ces valeurs restaient donc éloignées du seuil épidémique national.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.