Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Herisau - L'une des 66 recrues victimes du virus H1N1 à la caserne d'Herisau (AR) cette semaine a dû être hospitalisée. Comme sa fièvre ne diminuait pas, l'armée a jugé que le soldat en question bénéficierait de meilleures possibilités de prise en charge à l'hôpital.
Une porte-parole de l'armée, Kirsten Hammerich, a confirmé à l'ATS cette information parue dans le "SonntagsBlick". Les soldats étaient tombés malades mardi. Quarante des 66 recrues touchées ont pu rentrer samedi pour passer le week-end en famille, car elles ne présentaient plus de symptômes grippaux depuis 48 heures.
Le porte-parole du Département fédéral de la défense Martin Buehler avait confirmé samedi l'information de la télévision alémanique SF, précisant à l'ATS que les recrues n'avaient souffert que d'une légère grippe. Il ajoutait que selon les indications des médecins, la situation n'était pas comparable à la pandémie de l'an passé.
Loin de l'épidémieDe fait, les cas de grippe restaient sporadiques du 6 au 12 décembre, dernière semaine pour laquelle des chiffres sont disponibles. Selon le système de surveillance Sentinella, les suspicions d'influenza étaient limitées à deux de ses zones d'étude: la Suisse centrale, et les Grisons avec le Tessin.
Sur 17 échantillons analysés, seulement 3 cas de virus influenza ont été mis en évidence. Sur ces 3 virus détectés, 2 étaient du type A(H1N1) qui avait été pandémique en 2009. Ces valeurs restaient donc éloignées du seuil épidémique national.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS