Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Heurts autour de l'ouverture d'un grand temple hindou aux femmes

Les forces de l'ordre ont chargé avec des bâtons un groupe d'une centaine de protestataires qui lançaient des pierres sur le chemin du temple hindou d'Ayyappa à Sabarimala.

KEYSTONE/AP

(sda-ats)

Des heurts ont fait une vingtaine de blessés mercredi entre la police indienne et les opposants à l'ouverture aux femmes d'un temple hindou du Kerala. Ces tensions ont eu lieu à la suite d'une décision de justice combattue par les traditionalistes.

Les forces de l'ordre ont chargé avec des bâtons un groupe d'une centaine de protestataires qui lançaient des pierres sur le chemin du temple hindou d'Ayyappa à Sabarimala.

La Cour suprême indienne a révoqué le mois dernier la vieille interdiction faite aux femmes en âge d'avoir leurs règles, soit entre 10 et 50 ans, de pénétrer dans cet édifice religieux qui attire chaque année des millions de pèlerins. Les femmes réglées sont souvent considérées comme impures dans cette société conservatrice et patriarcale.

Situé au sommet d'une colline et nécessitant pour y accéder une marche de plusieurs heures, le temple devait rouvrir ses portes mercredi après-midi pour la première fois depuis le jugement.

Les manifestants, en majorité des hommes, ont encerclé et attaqué les voitures de femmes journalistes venues couvrir l'événement. D'autres journalistes, dont une de l'AFP, ont été intimidées. Les chaînes CNN News 18 et Republic TV ont diffusé des images des voitures de leurs journalistes attaquées par des protestataires. La situation demeurait tendue après la tombée de la nuit, plusieurs centaines de policiers étant déployés sur la route menant au temple.

Au petit matin, la police avait dispersé des opposants bloquant des bus de pèlerins qui transportaient aussi bien des hommes que des femmes, ce qui a abouti à l'arrestation de sept personnes. "Quiconque veut aller au temple pourra le faire sans obstacle", a assuré le chef de la police Manoj Abraham.

"Des mesures sévères seront prises à l'encontre de quiconque qui empêche les fidèles de se rendre à Sabarimala", avait averti mardi le chef du gouvernement du Kerala Pinarayi Vijayan.Mais plus tard mercredi, la police a dû affronter les manifestants pour tenter de contrôler la situation. Les heurts ont fait cinq blessés parmi les fidèles, 15 blessés parmi les policiers, selon EP Jayarajan, un ministre de l'Etat du Kerala.

Une femme de 45 ans qui a voulu entrer dans le temple pour la première fois a dû abandonner son projet après que des militants l'ont empêchée d'avancer, malgré un cordon policier autour d'elle, a rapporté l'agence Press Trust of India.

Les femmes peuvent accéder à la plupart des temples hindous, mais certains leur sont encore fermés, malgré une intensification des campagnes pour obtenir la levée de telles restrictions ces dernières années.

La décision de la Cour suprême a mis en fureur les traditionalistes, dont des partisans du parti nationaliste Bharatiya Janata Party (BJP) du Premier ministre Narendra Modi. Plusieurs centaines d'entre eux ont manifesté au cours des jours précédents l'ouverture du temple mercredi.

En 2016, des centaines de femmes avaient obtenu la révocation d'une interdiction similaire dans le temple Shani Shingnapur au Maharashtra (centre). La même année, un tribunal avait également autorisé aux femmes l'accès au sanctuaire du mausolée et mosquée Haji Ali Dargah à Bombay.

Note:

ajoute arrestations et blessés, détails

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.