Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Des heurts ont opposé vendredi Palestiniens et forces de sécurité israéliennes à Jérusalem et en Cisjordanie. Le jour de la prière musulmane hebdomadaire avait été placé dans les Territoires sous le signe de la défense de l'esplanade des Mosquées.

En Cisjordanie, les affrontements ont été plus intenses qu'un vendredi ordinaire, rituel jour de protestation palestinienne à la faveur de la prière hebdomadaire, a constaté l'AFP. A Kafr Kaddoum, près de Naplouse, trois Palestiniens ont été blessés par des balles israéliennes aux bras ou aux jambes, a indiqué le Croissant-Rouge local.

Des jeunes ont lancé leurs projectiles et essuyé ceux des forces israéliennes sur les habituels abcès de fixation du conflit israélo-palestinien: près de la prison israélienne d'Ofer, du point de passage de Qalandiya, ou au camp de réfugiés de Jalazoun. Des heurts ont secoué Hébron, poudrière cisjordanienne. Les forces de sécurité israéliennes ont affirmé le caractère contenu de ces heurts.

Le mot d'ordre était partout le même: "Par notre âme et notre sang, nous nous sacrifierons pour toi Al-Aqsa", ont scandé des centaines de manifestants à Naplouse et dans la bande de Gaza en désignant l'esplanade du nom de la mosquée Al-Aqsa qui s'y trouve.

Surveillance massive à Jérusalem

A Jérusalem, Palestiniens et policiers israéliens se sont affrontés rudement dans le quartier de Jabal Moukaber où la tension restait vive dans la soirée et les forces de sécurité déployées en nombre. Trois policiers ont été légèrement blessés quand un engin incendiaire a atteint leur fourgon, a indiqué la police.

Cinq personnes, dont au moins trois mineurs, ont été arrêtées, a-t-elle dit. Palestiniens et policiers ont aussi échangé pierres, grenades lacrymogènes et balles en caoutchouc autour du mont des Oliviers dans les quartiers d'Al-Tour et Rass Al-Amoud et auprès du camp de réfugiés de Chouafat.

Mais la Vieille ville et l'esplanade des Mosquées, placée sous surveillance policière massive après trois jours de violences en début de semaine, sont restées calmes. Près de 3000 policiers y avaient été déployés, a dit une porte-parole, pour prévenir l'explosion toujours redoutée sur un lieu aussi sensible.

Période délicate

Troisième lieu saint de l'islam et site le plus sacré pour les juifs, l'esplanade va au-devant d'une nouvelle période délicate, avec la collision la même semaine, de l'Aïd el-Adha, moment fort du calendrier musulman, et du jour du Grand Pardon (Yom Kippour), la fête juive la plus solennelle.

Ces célébrations voient les juifs prendre plus nombreux le chemin du site. Les règles qui gouvernent le lieu n'autorisent les juifs qu'à la visiter, pas à y prier. Mais des extrémistes juifs revendiquent le droit de prier, mais aussi la souveraineté sur ces lieux.

ATS